Citation
Code des colons de Saint-Domingue

Material Information

Title:
Code des colons de Saint-Domingue présentant l'histoire et la législation de l'ex-colonie : la loi de l'indemnité avec les motifs et la discussion : les ordonnances royales relatives à son exécution : l'analyse du rapport fait au roi par la commission préparatoire : avec des notes explicatives
Creator:
Vanufel, Charles
Champion de Villeneuve, Aimé-Clément-Félix
Place of Publication:
Paris
Publisher:
Vergne
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
1 online resource (x, 2, 348 p.) : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Law -- Haiti ( lcsh )
Droit -- Haïti ( ram )
Droit -- République dominicaine -- Saint-Domingue ( rvm )
Politics and government -- Haiti ( lcsh )
History -- Haiti ( lcsh )
Foreign relations -- France -- Haiti ( lcsh )
Foreign relations -- Haiti -- France ( lcsh )
Politique et gouvernement -- Haïti ( ram )
Haïti ( ram )
Relations extérieures -- France -- Haïti ( ram )
Relations extérieures -- Haïti -- France ( ram )
Politique et gouvernement -- Haïti ( rvm )

Notes

General Note:
Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Dec. 20, 2010)
Statement of Responsibility:
par Ch. Vanufel et A. Champion de Villeneuve.

Record Information

Source Institution:
University of Michigan Law Library
Holding Location:
University of Michigan Law Library
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
693776357 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:

00006.txt

00265.txt

00199.txt

00206.txt

00026.txt

00047.txt

00080.txt

00288.txt

00058.txt

00339.txt

00105.txt

00060.txt

00054.txt

00092.txt

ED4ZL3EUU_D1X2M9_xml.txt

00282.txt

00233.txt

00280.txt

00051.txt

00269.txt

00177.txt

00231.txt

00263.txt

00252.txt

00055.txt

00061.txt

00320.txt

00153.txt

00162.txt

00137.txt

00205.txt

00253.txt

00296.txt

00183.txt

00067.txt

00142.txt

00181.txt

00237.txt

00037.txt

00326.txt

00290.txt

00262.txt

00033.txt

00215.txt

00100.txt

00358.txt

00224.txt

00291.txt

00096.txt

00145.txt

00335.txt

00308.txt

00108.txt

00316.txt

00338.txt

00333.txt

00174.txt

00317.txt

00062.txt

00002.txt

00336.txt

00112.txt

00146.txt

00243.txt

00076.txt

00057.txt

00293.txt

00359.txt

00148.txt

00182.txt

00158.txt

00087.txt

00066.txt

00186.txt

00073.txt

00075.txt

00267.txt

00279.txt

00343.txt

00194.txt

00007.txt

00127.txt

00235.txt

00027.txt

00063.txt

00315.txt

00270.txt

00352.txt

00114.txt

00221.txt

00091.txt

00071.txt

00120.txt

00059.txt

00223.txt

00136.txt

00259.txt

00284.txt

00150.txt

00303.txt

00341.txt

00330.txt

00042.txt

00012.txt

00201.txt

00360.txt

00156.txt

00125.txt

00023.txt

00350.txt

00167.txt

00039.txt

00218.txt

00122.txt

00258.txt

00163.txt

00255.txt

00256.txt

00133.txt

00210.txt

00072.txt

00081.txt

00020.txt

00318.txt

00274.txt

00038.txt

00322.txt

00268.txt

00309.txt

00213.txt

00250.txt

00356.txt

00188.txt

00179.txt

00193.txt

00151.txt

00327.txt

00101.txt

00011.txt

00238.txt

00277.txt

00190.txt

00285.txt

00160.txt

00034.txt

00010.txt

00083.txt

00311.txt

00157.txt

00143.txt

00024.txt

00110.txt

00093.txt

00354.txt

00117.txt

00247.txt

00234.txt

00152.txt

00310.txt

00184.txt

00022.txt

00204.txt

00119.txt

00189.txt

00168.txt

00328.txt

00111.txt

00154.txt

00248.txt

00207.txt

00019.txt

00289.txt

00203.txt

00251.txt

00126.txt

00135.txt

00283.txt

00172.txt

00191.txt

00170.txt

00220.txt

00246.txt

00169.txt

00299.txt

00070.txt

00032.txt

00337.txt

00138.txt

00068.txt

00342.txt

00241.txt

00323.txt

00294.txt

00107.txt

00217.txt

00346.txt

00128.txt

00140.txt

00212.txt

00355.txt

00064.txt

00008.txt

00035.txt

00095.txt

00200.txt

00264.txt

00271.txt

00090.txt

00196.txt

00312.txt

00016.txt

00222.txt

00116.txt

00118.txt

00005.txt

00103.txt

00304.txt

00208.txt

00166.txt

00301.txt

00197.txt

00017.txt

00139.txt

00178.txt

00097.txt

00321.txt

00050.txt

00121.txt

00085.txt

00195.txt

00018.txt

00227.txt

00307.txt

00098.txt

00209.txt

00113.txt

00052.txt

00144.txt

00084.txt

00347.txt

00069.txt

00245.txt

00134.txt

00239.txt

00004.txt

00088.txt

00187.txt

00362.txt

00240.txt

00349.txt

00292.txt

00357.txt

00286.txt

00353.txt

00287.txt

00029.txt

00257.txt

00175.txt

00226.txt

00272.txt

00074.txt

00254.txt

00249.txt

00132.txt

00077.txt

00300.txt

00219.txt

00041.txt

00236.txt

00053.txt

00340.txt

00164.txt

00198.txt

00229.txt

00332.txt

00104.txt

00185.txt

00115.txt

00078.txt

00149.txt

00141.txt

00324.txt

00131.txt

00021.txt

00028.txt

00348.txt

00216.txt

00275.txt

00331.txt

00031.txt

00009.txt

00230.txt

00276.txt

00295.txt

00281.txt

00046.txt

00329.txt

00298.txt

00344.txt

00278.txt

00266.txt

00147.txt

00297.txt

00044.txt

00013.txt

00228.txt

00319.txt

00001.txt

00109.txt

00225.txt

00099.txt

00345.txt

00102.txt

00180.txt

00040.txt

00361.txt

00129.txt

00313.txt

00094.txt

00159.txt

00302.txt

00014.txt

00086.txt

00242.txt

00232.txt

00305.txt

00130.txt

00049.txt

00079.txt

00048.txt

00165.txt

00306.txt

00211.txt

00123.txt

00334.txt

00065.txt

00261.txt

00106.txt

00214.txt

00015.txt

00314.txt

00056.txt

00192.txt

00045.txt

00161.txt

00171.txt

00176.txt

00173.txt

00202.txt

00351.txt

00030.txt

00325.txt

00244.txt

00089.txt

00082.txt

00155.txt

00273.txt

00036.txt

00124.txt

00260.txt

00043.txt

00025.txt

00003.txt


Full Text


















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Michigan Law Library

..








00


CODE





DE









L'HISTOIRE ET LA LEGISLATION DE L'FX-COLONIE;
LA LOX DE L'INDEM IITfP, AVEC LES M1OTIFS ET LA DISCUSSION;
LES ORDONNANCES ROYALS RELATIVES A SON EXECUTION
L'ANALYSE DU RAPPORT FAIT AU ROI PAR LA
CO3MMISSION1 PRiPARATOIRE;
AVEC DES NOTES EJPLICATIVES.

PAR

C. VANUFEL ET A. CHAMPION DE VILLENEUVE.








V









M- VERGNE, LIBRAIRE-EDITEUR,
PLACE DR 1i'ODO{, N' I.

..












CODE

DES COLONS
DX
SAINT-DOMINGUE.

..


















Se trouve aussi chez


BAUDOUIN FB RES, RUE DE VAUGIRARD, N* 17; DELAUNAY, PALAIS-ROYAL; 'IGONETTE, RUE DE SAVOIE, N' 3; TOUQUET, GALERIE VIVIENNE; WAR E ONCLE, COUR ST-CHAPELLE, ET PALAIS DE JUSTICE.


IMPRIMi CHEZ PAUL TIENOUARD,
kr1 GiRlscaim, W. 5, r. L-G.

..







CODE



DES COLONS


DE


SAINT-DOMINGUE,


PRtSENTANT


LJRISTOIRn ET LA LEGISLATION DE L'EX-COLOXIE;
LA LOI DE L'IN1DEMNITE AYEC LES M1OTIFS ET LA DISCUSSION;
LES OBDONNANCES BOYALFS RELATIVES A SON EXECUTION;
L ANALYSE DU RAPPORT FAIT AU ROX PAR LA COMMISSION
PREPARATOIRE;

AVEC DES NOTES EXPLICATIVES,

PAR CH. YANUFEL, JURISCONSULTE,
ET A. CHAMPION DE VILLENEUVE,
AVOCAT.












PARIS.

M' VERGNE, LIBRAIRE-tDITEUR,
PLACE DR L'ODiON N0' 4.


Y4. DCCC. XXVI.

..


..









PREFACE.





Les revolutions politiques des peuples, quels que soient leur principe ct leur objet, ne s'accomplissent d'ordinaire qu'avec des dgsordres et des calamitds. La France acheta la reformation des abus de l'ancien regime par des sacrifices inouis; les convulsions qui d6chiraient la mire patrie n'6pargn~rent pas. ses enfans dans un autre hdmisph~re; la colonie de SaintDomingue fut h son tour le thdftre des proscriptions et des supplices. D'imprudentes ddclamations en faveur de la liberty, trop solvent pernicieuse t l'homme qui n'y est point pre'par6, excit6rent l'inspbordination d'une classe particuliZrement accoutume Sh l'obdissance : on n'a point oubli6 l'issue de la ddplorable lutte des noirs contre leurs anciens maitres. Tandis que la France victorieuse par les armes, augmentait son territoire continental de quelques ddpartemens, sa colonie la plus fertile consommait une violcnte s~paration; des milliers d'habitans passaient subitement do l'opulence h la mis~re et au ddsespoir!
Plus tard on vit le spectacle remarquable d'une soci(t6 sortant de l'esclavage et de l'ignorance, marcher


'M ~ F~f)

..




Vj PREFACe.
d'un pas rapide vers les lumibres et les institutions qui devaient la placer au rang des nations.
Plusieurs lustres s'dcoulent ; une auguste famille, mdconnue, ddcimde dans nos discordes civiles, nous est rendue; la paix et tous les bienfaits de la 16gitimite' marquent son retour : les plaies de la revolution sont cicatrisees.
Cependant une grande infortune exige encore des mesures reparatrices; l'injustice de l'expropriation des colons, la dlgnit6 de la couronne, le sort d'une republique, occupent h-la-fois la pensc'e du fondateur de la Charte; mais il 6tait rdserv6 A son bien-aim6 successeur do concilier des intdrts si graves, par un acte qui satisfait la politique et Fhumanit.
Les annales de Saint-Domingue, offrent done h beaucoup d'egards des lemons utiles; elles rappellent aux colons, aux Hatiens, ce qu'ils'sont et cc qu'ils furent. Plusieurs nations ont dtabli des relations avec la rdpublique d'Haiti ;leurs sujets ont intdr~t h connaitre exactement le pays et ses habitans : enfin le savant qui recherche les causes des dv~nemens, qui vent en pdne'trer les r&sultats dloignds, y trouvera matibre 'a de profondes meditations.
L'histoire' d'un peuple est 6crite en parties dans ses lois; ndcessairement en rapport avec ses mceurs, ses richesses, son commerce et sa population, elles prdsentent des notions utiles sur toutes les pdriodes de son existence.
La rdpartition de I'indemnit6 des colons est devenue

..





PRiFACE. vij
en France l'objet de dispositions 16gislatives: it fallait d6cider si le fonds de i 5o millions strait applicable hi tous les genres de perte ; si l'fttat participerait h la distribution L cause des proprits publiques dont ii avait t't6 de'pouill6; ii y avait lieu h poser les. bases d'une transaction equitable entre les colons et leurs creanciers.
En admirant la sagesse des regles qui ont 6t6 adoptces, on est forc6 de reconnaltre qu'elles sont isoles de toute loi antdrieure, et qu'elles constituent, 'a proprement parler, un droit exceptionnel, oh nulle analogie ne peut aider; de M la ndcessit6, pour bien entendre la Joi nouvelle, et en faire une juste application, d'en 6tudier l'esprit.
Nous avons donc presum6 quun ouvrage qui renfermerait en meme temps P'histoire de Saint-Domingue, depuis sa d6couverte ; la legislation qui 6tait en vigueur dans la parties francaise de cette le avant sa separation de la m~tropole; la loi qui statue sur la r~partition de l'indemnit6 des colons; les motifs exposes par l'orateur du gouvernement, lors de la presentation du projet; la discussion dont ii a 6t6 l'objet, dans les deux chambres; les ordonnances royales relatives 4 l'ex~cution de cette loi; le rdsum6 du travail important auquel s'est livr~e la commission charg.6e par le Roi de rechercher et proposer le mode de reclamation et les bases de distribution de l'indemnit6; que cet ouvrage ne strait sans fruit ni pour les lecteurs avides d'instruction, ni pour les colons et leurs conseils, ni pour lcurs creanciers:

..





viij PREFACE.
peut-etre aussi sera-t-il de quelque secours aux hommes d'Iiat charges- de prononcer stir les reclamations des colons.
L'excellente histoire de M. Charles Malo, celle de M. Dabnas, le Resume de M. Baban et ]a relation de l'estimable gdn~ral Painptile Lacroix, nous ont servi de guide dans notre prdcis chronologique de SaintDomingue.
Le droit qui rdgissait les personnes et les biens dans cette colonies, n'a jamais C46 gdndralement connu en France. Les jurisconsultes n'ignorent pas que la coutume de Paris, les ordonnances civile et criminelle, celles du commerce et de la marine y 6taient observes, h quelques exceptions pros; mais peu d'entr'eux sont familiers avec les innombrables 6dits, lettres-patentes et ordonnances 6mane's des rois, les instructions des ministres, les arrdts du Conseil d'iltat, ceux du parlement de Paris, applicables i la colonic; les arr~ts de ses administrateurs, et les decisions de sos tribunaux.
Ces monumens n'ont 6t6 fidlement recueillis que par un magistrat laborieux, M. Moreau de Saint-mJry, et sa collection, fort volumineuse en elle-meme, est d'ailleurs tres rare.
Nous avons choisi dans les actes de l'autorit6 royale, de administration et dc la justice locales, ceux qui, apris avoir 6t6 dun intdrt gdndral et permanent pour la colonic, peuvent rdgler encore aujourd'hui les transactions des colons, ou sont de nature ft fixer lattention des lecteurs judicieux. C'est surtout dans cette

..




PREFACE. ix
partic de l'ouvrage, que des notes nous ont paru utiles; quelques-unes nous ont &6 fournies par le recueil cit6, et nous les avons distingudes des n6tres.
Pour expliquer la loi qui determine les droits des colons et de leurs crdanciers 'a l'indemnit6 de i5o millions de francs, nous rappelons textuellement les motifs qui ont preside h la redaction du projet; les rapports dans lesquels les commissions spdciales des chambres ont consign le rdsultat de leur examen; la discussion qui a suivi, laissant ainsi le le'gislateur drvelopper sa pensde, sans substituer sa parole qui commande l'ob6issance, nos opinions personnelles, qui n'eussent .t6 d'aucun poids; nous avons introduit de l'ordre dans ces mati~res, et accompagnd tour-a-tour le texte, de la loi sanctionnde, l'expos6 des motifs et les rapports, de chiffres correspondans qui faciliteront les recherches.
La pracdure 5 suivre par les colons et leurs cr6anciers, relativement h l'indemnit6, et les formes h observer par les fonctionnaires appele's 'a statuer sur leurs droits respectifs, ont dtd consignees dans une ordonnance royale.
Un acte de la meme nature a constitute le tribunal auquel les colons devront s'adrcsser ; il est compose de trois sections, nombre calculd sur celui des provinces qui divisaient la partie franqaise de Saint-Domingue, et chacune de ces sections sera saisie exclusivement des demands des anciens propri~taires de l'une des trois provinces.

..





X PReFACE.
I1 tait ds-lors indispensable de placer ces deux ordonnances i la suite de la loi, et c'est l'ordre que nous avons adopt.
Les diffdrentes bases d'apprdciation des pertes individuelles de ceux qui rdclameront, n'ont et6 et ne pouvaient tre pre'cisdes devant la loi.; l'article 6, en indiquant quelques rbgles k ce sujet, a laiss6 h l'autorit6 charge de la liquidation toute ]a latitude dont elle avait besoin pour dvaluer l'indemnit6 suivant la diff6rence des positions. Cependant les 61lmens de ces e'valuations, qui seront si varie'es, existent dans le rapport fait au Roi par une commission pre'paratoire qui a r4pandu le plus grandjour surcettemati~re cntoure'e de difficulties. Le travail de cette commission n'a et6 distribu3 qu'aux chambres; mais grace a la bienveillance du noble pair qui l'a pre'sidec, nous avons pu, par une lecture attentive, en sentir le prix, et le repro, duire ici avec le secours de l'analyse.
Les parties intdressdes et les personnes instruites jugeront maintenant si nous avons justifi6 notre titre de: Code des colons de Saint-Domingue.

..










TABLE DES MATIERES.







Preface. . . . . . . . v
RWsum6 historique de Saist-Domingue . Ugislation ancienne de la Colonie 33 Expose des motifs de la loi d'indemnitO, A la chambre des D6putes. 83
Rapport de M. Pardessus 93
Expose des motifs A la chambre des pairs x35 Rapport de M. le baron Mounier 14o
Discussion du projet de loi, dans les deux ebambres 165 Texte de la loi dui 3o avril 1826 . . .91 Ordonnance relative h son execution . . 297 Autre qui institue la commission charge de r6partir l'indemnit6. 322 Rapport fait au Roi par la commission charge de rechercher et
proposer le mode de reclamation; les bases et les moyens de
partition de l'indemnit6 . .329

..























ABRtVIATIONS.

M. signfie motifs.
R. rapport.
D. discussion.
La premiere colonne des cliffres places en marge de la loi du 30 avril, indique ]a Chambre des ddputds; la deuxi~me d6signe la Chambre des pairs.
Le mot A RT. et les chiffres places en marge des motifs et rapports indiquent les diverses dispositions du projet de loi, discut6es.

..







PRECIS CHRONOLOGIQUE


DE L'HISTOIRE




DE SAINT-DOMINGUE,


DEPUIS SA DECOUVERTE JUSQU'A NOS JOURS.








(1492, 4 d6cembre.) CUIRISTOP.E COLOmE dcouvre File
d'llaiti, 1 laquelle i donne le nom d'Tlispaniola *. Aid6 des insulaires, i batit un fort qui est appelk de la Natiite; il y. laisse trente-netif Castillans avee des provisions pour un an, et fait voile pour 'Espagne.


Cette le est situde entre la' Jamalque et Cuba a 10. et Porto-Rico bl'E. elle a 1561. delongde I'E. s 1'O., et a4 is 6o de large; Ses principales rivilres sont: I'Ozama, Ia Haina la Iigua, l'Iana ou Juna. I1 y a aussi un lac sah. de 22lieues de circuit. Le climat y est humide et chaud, rafraichi cependantpar desbrises de mer et de terre; le territoire est trs fertile.
Lors de la decouverte, les habitans de cette lie, dit M. Baban, IWsum6 historique de l'histoire de St.-Domingue, taient tivis6s en cinq peuples, dont chacuu etait gouvernd par un souverain absols, que l'on appelait Cacique; ils 4taient entilrementnus, i'cxception des femmes qui portaient une petite robe de coton. Avec peu de vices, ils possedaient peu de vertus ; ennemis du travail, ils passaient leur vie h manger, danser et dorrnir. Ils n'avaient pour armes que des flUches et des massues leurs habitations n'tajent que de misdrables huttes. Les Espagnols leur parurent des 4tres supdrieurs descendus du ciel.

..







(2 novembre.) I1 revient dans rile avec dix-sept vaisseaut cbarg6s d'ouvriers, de soldats, de missionnaires et de provisions; ]a forteresse 6taii d6truite, et ses compagnons mis A mort, par suite de leurs attentats contre les personnes et les biens des insulaires.
Les nouveaux colons, au nombre de quinze cents, construisent, sous sa direction, une ville qui reqoit le nom d'Isabelle, et deux forteresses; As parcourent le pays pour rainasser 1'or qu'ils trouvent en abondance.
Les vivres manquent, les Indiens offrent leurs provisions qui sont peu abondantes; les Espagnols en exigent davantage ; on ne les satisfait point; ils font la guerre aux naturels, et apres les avoir vaincus, les assuj6tissent 'a un tribut.
( 1495.) Ceux-ci, pour se soustraire an travail, se r6fugient dans les montagnes, oh les Castillans leur donnent Ia chasse .avec des chiens f6roces dresses a cet effet. Un tiers de la population de 'ile qui, a l'arriv~e des Castillans, exc dait un million d'individus, est ainsi extermin6.
(1496.) Barthelemy, frre de Christophe Colomb, fonde la ville de Santo-Domingo.
Bopadi/la, homme cruel, prend le commandement; il faiL faire le danombrement des insulaires, et les donne a titre d'esclaves aux colons. Cliass6 bient6t avec ignominie, il s'mbarque pour l'Espagne, et p6rit dans la traverse.
(1502. ) Nicolas de Opando, choisi pour le remplacer, arrive avec trente-deux vaisseaux et deux mille cinq cents colons.
(15o4.) Apr s d'injustes bostilit6s contre les naturels, leurs oppresseurs cherchent A consolider leur puissanice; ils sont bient~t maitres de quinze cites dues A leurs :ravaux et A ceux de leurs pred~cesseurs.
(1507.) Les insulaires sont traits avec une telle barbaric,

..





3 -
quils desirent et recherchent la mort; leur nombre est rduit par 111 A cent mille 5mes.
Les Espagnols, pour rem~dier A cc d6croissement de la popution, si nuisible a leurs int6r~ts, emploient ]a force et le mensonge auprs des Lucayens, people voisin; plus de quarante mille d'entre eux, abuses par des promesses qui flattaient leur croyance religieuse, abandonment leurs habitations, et viennent parmi les europ~ens trouver l'esclavage, suivi d'une mort cruelle.
( 15o9.) -Diego Colomb, fils do c6l'bre navigateur qui avait d6couvert HaYti, est appel6 A remplacer Ovando.
Pea apres, un nouveau gouverneur est d~sign6, Roderigo .1bzaquerque. Celui-ci plus inhumain quc ses devanciers, maltraite les naturels dont le nombre diminue jusqu'A quinze mille; assembles par troupes, i les vend A l'enchbre aux colons.
(1517" ) Un vn&rable eccl6siastique qui avait accompagn6 Christophe Colomb A son deuxicme voyage a Saint-Domingue, Las Casas, est touch des maux des insulaires; il veut am~liorer" leur sort; ses sollicitations g~nrreuses aupres de la cour soot suivies dc la nomination de trois inspecteurs des colonies et d'un avocat; plus tard, il r~clame et obtient le rappel d'Albuquerque; il veut oprer un changement total dans le syst'me degouvernement de la colonic, mais ses vues philanthropiques ne sont point accucillies.
(1586.)-L'amiral anglais, sir Francis Brake, vient, par l'ordre de la reine Elisabeth, attaquer Santo-Domingo, alors tr's florissante; il s'en rend maitre, la dtruit presque enti~rement; quelques edifices sont par lui 6pargnis, moyennant une grosse some d'argent.
Bient6t le d~faut de bras faith renoncer a exploitation des ines, car le nombre des naturels allait A peine A deux cents; et les colons abandonnant la culture, se constituent pirates, sans que leur government cherche A r g6 6rer la colonies.

..







-4
( 6 5.) Les Anglais et les Francais se re'unissent pour
reprimer la piraterie des Espagnols; ensuite les premiers, conduits par un nomm6 l-arner, et les seconds, par un capitaine de corsaire, appelI6 Desnambuc, ils abordent le mime jour, par deux c6t6s, A Saint-C/sri sophe et font le partage dc l'ile.
(i63o.) La cour d'Espagne conoit des inquiitudes de cet 6vonemnt, et donne des ordres a Francois de Tole'dc, envoy au Brksil avec une flotte considerable pour agir contre les Hollandais d'extermincr les aventuriers tablis A Saint-Christophe. Trop faibles pour r6sister, ccux-ci sont en cfret tu6s ou mis en fuite.
Ceux qui out 6chapp6 a la poursuite du vainqueur, se retirent A la Tortue, petite ile d~serte situ6e au nord-ouest de SaintDomingue, A quelques lieues du port de Paix; un grand nombre de Hollandais, poursuivis par les Espagnols, viennent aussi y chercher un asile. Ces aventuriers sont connus sous le nom. de boucaniers.

ct On les nommait ainsi, dit Raynal, par'ce qu'i la ranire des a savages, its faisaient s/cher i la funde, clans des lieux appelda Boucans, c(les viandes dont ils se nourrissaient. Comme ils 4taient sans femmes et ( sans enfans, As avaient pris usage de s'associer deux it deux pour se rencc dre les services qu'on recoit dans une famille. Les biens etaient communs
* dans ces socil/s et demeuraient toujours i celui qui survivait h son
* rompagnon. On ne connaissait pas le larcin quoique rien ne fAt ferme; cc et ce qu'on ne trouvait pas cbez sol, on l'allait prendre chez ses soisins, sans autre assuj/tissement que do les en prdvenir s'ils y dtaient ; ou, s'ils c( n'y /taient pas, de les en avertir i leur retour. Les diff/rends /taient v rares et facilensent terminus: lorsque les parties y mettaient de l'opicc niitretd, elles vidaient leurs querelles h coups de fusil. Si la balie avait frappd par derritre, on dans les flancs, on jugeait qu'il y avait de la perc Ldie, et Pon cassait la tte it auteur de Fassassinat.
cc ine chVmise teinte du sang des animaux qu'ils tuaient h la chasse, un a calecon encore plus sale, fait en tablier de brasseur; pour ceinture un a courroie ol penaaientun sabre fort court et quelques couteaux t un cha-

..






(166o.). Les deux m~tropoles continuant "A abandonner leurs suits &ablis dans le Nouvcau-Monde, ceux-ci font directement une convention qui assure h chaque peuple les possessions que les 6venemcns de la guerre lui avaient donn~es, avec une liguc offensive et defensive pour forcer les naturels du pays A acceder A cet arrangement. La France obtient la Guadeloupe la Mk1artinique, la Grenade, et quelques autres propri~t~s: la Barbade, et quelques miles de peu d'importance &khoient A l'Angleterre; Saint- Christophe reste en commun.
( 1665. ) La France porte enfin un regard d'intret sur Ia nouvclle colonies; clie choisit pour la gouverner un gentilhomme d'Aujou, nomm6 Bertrand d'Ogeron, ancien capitaine de navire, et que des revers, dans ses courses maritimes, avaient oblige, en. 1656, de se fixer durant plusieurs annes parmi les boucaniers. I1 avait tudi6 leur caractre et acquis leur confiance; A une grande sagesse, if joignait des vues profondes en administration. La colonic prend sous sa direction une forme ct une importance nouvelles.
La coi.zpagnie des Indes ayant le commerce exclusif de l'Amsrique, tait alors cr66e depuis pen, par un dit du roi (98 mai 1664).
(1675. ) Le digne Bertrand d'Ogeron meurt dans une honorable pauvret6, laissant aux colonies un souvenir durable de ses vertus.
(1676.)- M. de Pouancey, son neveu, lui succede; il s'applique h affermir et perfectionner le system administration adopt par son pr6desseur.
Les colons quittent la p6ninsule de Samana, trop expose aux


epeau sans autre bord qu"un bout rabattu sur le devant; des souliers sans c( bas: tel 4tait 'habillment de ces barbares. Leur ambition se bornait a a avoir un fusil qui portAt des balles d'une once, et une meute de ingt* cinq ou trente chiens. ))

..







attaques des Espagnols, et s'6tablissent d'apr's son ordre an Cap Prangais, qui est fortifi6 par ses soins.
(1682.) Mort de M. de Pouancey; ii laisse la colonic dans une situation deplorable.
( x683.) JIL. de Cussy est appelA an gouvernement; il parvient avec peine 6touffer l'esprit de r/volte qui r~gnait parmi le peuple. Les flibustiers avaient ripandu partout le d6sordre: la colonic 6tait dans un tel tat de ddmoralisation, que l'on n'y respectait plus ni religion ni justice.
(1684.) Deux commissaires sont charg6s par le ministre fiancais de prendre, de concert avec le gouverneur, les moyens propres A l'am6lioration de la police intirieure.
Ils 6tabli~sent A, cet effet des cours de justice dans routes les provinces, et an petit Goave, un conseil supreme destiny a juger en dernier ressort; mais les entraves apport6es an commerce rendent leurs mesures pen efficaces.
(1689.) La France appr~cie l'importance de la possession de Saint-Domingue; la conqu6te de la partie occup6e par les Espagnols, est r6solue dans ces circonstances. i M. de Cussy, charge de l'exp6dition, y met autant d'intelligence que de bravoure, et apres quelques ours de marche, a la tate de huit on neuf cents hommes, it entree sans coup-f6rir dans San-Yago, que les Espagnols avaient abandonn6 A la nouvelle de son approche.
(169o.) -Mais bicnt~t les Espagnols, an nombre de trois mille, obligent les Franvais A sortir de Ia ville, et marchent sur le Cap-Frangais. De Cussy faith des efforts h6ro'ques pour les arrdter, mais sa faible troupe est vaincue; ii tombe lui-mdme sur le champ de bataille : les assaillans mettent tout a fen et A sang.
(1691.) La mtropole envoie h Saint-Domingue un gouverneur dont le m-rite r6pond A la,difficult des circonstances; il force la flotte espagnole qui bloquait presque tons les ports franais A s'6loigner, repousse ayec avantage les attaques sur terre

..





-7
de la nation ennemie, et au-dedans fait rentrer dans le devoir les flibustiers qui, profitant du p6ril oh se trouvait la colonic, avaient armed contre elle.
(1694.)- L'intr6pide Ducasse entreprend de punir les Anglais de leurs dispositions hostiles contre Saint-Domingue; il fait une descente A la Jamaique, endommage les villes, et se rembarqne avec trois mille negres, une grande quantity d'indigo et d'autrcs marchandises pricieuses qu'il a enlev6s A 'ennemi.
(1695.) Les Anglais cherchent A SC veuger, et aids des Espagnols, As fondent surSaint-Domingue, pillent le Cap-Frana's, et assihgent Port-de-Paix, que la trahison force Ducasse A rendre : cependant les vainqueurs ne profitent point habilemient de leurs succes.
A cette 6poque la colonies de Sainte-Croix est transf&re A Saint-Domiugue, de' l'ordre du roi.
( 1697.)- Le gouvernement autorise les particuliers a armer plusieurs vaisseaux pour conquerir Carthag(ne, r'une des villes les plus riches de l'Inde; les boucaniers et le gouverneur Docasse se joignent A la flotte commander par le commodore Pointis. La place est prise.
Cependant la colonic franaise est reduite A un 6tat de dip&rissement tel, que les habitans songent A abandonner rile; le gouverneur de San-Yago fait d~jA occuper le Cap-Franuais par ses troupes, quand la paix de Ryswick conclue entre la France et rEspague, ient changer la face des choses. Cette nation cede aux Frangais, la parties occidentale de Saint-Domingue.
(1698.)-La partie du sud de Vile est conc6d6e par le gouvernement franais, pour trente ans, A une compagnie qui prend le nom de Sctint-Louis, a la charge par elle d'y transporter, daus 1'espace de cinq ans, quinze cents blancs et deux mille cinq cents noirs; de distribuer des terres a tous ceux qui en demanderont; et de leur vendre des esclaves, payables seulement trois

..





-8
ans aprbs. Cette compagnic a le manopole exclusif da commerce dans toute ]a partic de l'ile qu'le vient d'obtenir.
(1703.)- DucassC, nomm" commandant de la flotte fran5aise, est remplac6 pour la direction de ]a colonies, par Auger, cui avait gouvern6 avec distinction la Guadeloupe.
Un commissaire -intendant ayaut l'admiuistration civil est cr6 ; Des/tndes est rev~tu dc cette fonction. La mort enlbve le gouverneur ct u, en octobre 1705, et f~vrier 17o6.
(1 715. ) Les cacaotiers de 'lle, qui kiaient devenus une source abondante de richesses, ps)rissent tons; les colons appauvris par cet accident, voient augmenter leur mis4cre par la d~pr6ciation des billets on, assurances de la compagnie duMississipi, qu'ils ont recus pour prix de leurs denrfes.
(1726.) -La compagnie de Saint-Louis est entierement ruine par ]a cupidit6 de ses agens; elle fait l'abandozs de ses privileges, qui sont transmis par le roj, 'a la compaguic des Indes. Celle-ci est vue avec dtfaveiir A5 Saint-Domingue.
( 1754. ) Cependant la colonic a repris un aspect florissant; les divers produits de l'ile s'6lvent .A 3o millions environ, Ct les importations a' 42 millions 462,ooo livres. On y compte '4,ooo habitans blancs, prbs de 4,ooo mulatres libres, ct 172,000 ntgres; 592 plalitations de sure, 3,379 d'indigo, 98,446 de cacctotiers, 6,300,377 cotonniers, 63,ooo chevaux et mulets, 9,oco be'Les a cornes, etc. 4


La partie francaise de St.- Dorningue dtait administree par tin gouverneur gi lnral et unintendant nosnuims par le foi: ils avaieut des ponvoirs distincts et une aistortV commune; lorsqu'ils adeinistraient conjointenont, leur puissance 6 tait sans bornes; its promulguaient Jos tois nommaient A to t as ls emptois et presidaient les cours supirienres de justice.-ll en existait deux sous |e non de ConseilSupirieur, r'nne ai Cap pourla province dit W2ord, et l'autre au Port-aus-Prince pour celles de l'Ouest et du Sud.
- Ces conseils enregistraient les ordonnances du roi. cells du gonverneur et de l'intendant I et statuaient sur l'appel des dcisions des juridictions

..







-9
Jusqu'en 1789, poque do la revolution franuaise, ancun hvbnement memorable ne vient enrichir l'histoire do SaintDomingue.
( 1789.)-Un deficit dans les finances, l'in~gale r~partition do l'imp6t, et des privilgcs excessifs-accord6s a la noblesse et an clergy, a-aient rMuit la nation A un tat do malaise qui engendre
une crise g6nrale. L- e vertueux Louis XVI, klair par une


infcrieures :tablies dansla colonie. -On pouvait aussi attaquer lea arrdts deces course, deovantle roi, en son Conseil d'Etat.
Les taxes taicnt imposes par une A4ssenhlle dite Colon lale compose du gonverneur general, de 'intendant, des prisidens des conseils supdrieurs, des procureurs gdndraux du roi et de plusieurs chefs de la milice.
Les habitans ttaient divisds en trois graudes classes x leg blancs purs; 20 les gens de coulcur et les nigres do condition libre; 3e les/ ugres esclaves.
Les gens de coulen 4taient dans un 4tat qui approchait de I'esclavdge; ils ne pouvaient occuper aucune charge publique; lea professions qui exigeaient ine education soignde, leur dtaient interdites; ils aaient tenus, g 'PAge requis, de servir trois ans dans un corps militaire nomm6 la rnargchaussle. Apris ce temps, on les assujtissait durant une grande partie de 'annle, aux corves institues pour la reparation des chemins publics; ils 6taient, en outro, forces de s'engager dans la milice de lear province on district, sans recevoir de paic, et de s'%quipper is leur frais.-Les peines dtailies contre eux en cas de delit et crime, ataient d'une extreme sgv4riti. Ils avaient la capacity' d'acqurir autant do terres que leurs moyens le permettaient.
(Nos lecteurs qui roudraient avoir des notions plus completes sur le gossvernemeit interieur de la colonic et l'Jtat des gens de couleur h touts les poques, lea trouveront dans l'ensemble des dispositions lVgislatives, des ducisionsjndiciaires et administratives, applicables & Saint-Domingue, qne nous rapportons 4 la suite de cet abr5g6 historique.)
La partie Espagnole de Pile, sans jouir d'sne'prosperitd dgale la colohie Francaise, mieux protugde par son gonvernement, avait acqlSi plus d'importance que prdiedomment: elle avait des municipalitls, la justice y dtait administree par six ju ges respectables, qnl composaient une des onze cours d'audience des colonies et coo cours envoyaieut leurs decisions en Espague,

..





1O

saine philosophic, vent que les ehangemens necessites par l'esprit du siecle, s'opirent sans dbranlecent.
Les ctats genraux du royaume sont convoques pour dlibrer sur les plus graves objets, ct les repr6sentans du tiers-etat sout appel6s en nombre 6gal A ceux des deux autres ordres reunis.
Cele mesuro produit une grande sensation dans toutcs les colonies franjaises; Duchillean, gouverneur do Saint-Dooin gue, s'oppose en vain aux assenbles qui se forment dans les paroisses et les provinces; ces assembl6es dcident que les colons ont droit d'envoyer des deput6s aux 6tats-g6o6rauxi elles en choisissent dix-huit qui s'embarquent aussit6t; ils arrivent en France peu apres que les 6tats-g6n6raux se sont d6clar6s _4ssenbe nationale; mais cette assembled n'cn admiet que six.
Un grand nombre do mulAtres r6sidant A Paris, se lient avec quelques homes d'un esprit sup6rieur, aux vues philanthropiques desquels on pent reprocher trop d'exag6ration *. Ils composent une socit6 dire arnis des noirs, qui demanded A haute voix 'abolition de la trait des negres et do l'esclavage.
La declaration des droits de l'hIomrne, rddig6c par l'Assembl~e nationale, vient pr6ter un appui aux riclansations do cetic socit6, fortifier les esprances des gens de couleur A Saint-Domingue et inspirer des craintes bien foftd6es aux colons. Coux do la parties du nord de l'il1, ferment une assemble provinciale an Cap-Franais; leur exemple est suivi dans les provinces do 'Ouest et du Midi. Divis6cs d'opinions sur plusieurs points importans, cos

oh le conseil des Indes prononcait en dernier resort, sauf quelques cas d'exception. Ce conseil avait la direction gdndrale des affaires civiles, eccldsiastiques, militaires et commerciales, et proposait tons les rglemens qui etaient adopts A la majoritO d'un tiers des membres. Une cour de commerce 6tait institute pour connaitre des affaires moins importantes.
Le vice-roi de la Nouvelle-Espagne avait la colonies sous sa surveillance; un siige arclidpi'scopal y dtait dtabli, et l'inquisition en vigueur.
MM. Brissot La Fayette Grdgoire et autres.

..





it
assemblies d6cident n6anmoins d'un commun accord, que si le roi ne Icur a point envoy6 d'instructions avant trois tos, elles gouverneront la colonies.
(8 mars.) -L'Assemble nationale, pour arreter les d~sordres naissns, d~cretc que les colonies ne sont pas comprises dans la constitution dcr&te pour le royaume et ne doivent pas ktre assujetties A des lois incompatibles avec leurs conveyances locales et particulieres; l'Asseubl6c autorise les habitans a lui faire connaltre leur voeu sur la constitution qui leur convient.
(16 avril.)-Une assemble g~n~rale de Saint-Dominguc a lieu Saint-%Iarc; elle est compose des repr~sentans du Cap du Port-au-Prince, des Cayes et de ceux de plusicurs autres paroisses.
Cependant les assemblies provinciales continent A exercer les fonctions qu'elle s'6taieut attributes; elles d6cident qu'N l'avenir, les gens de couleur jouiront des'm~mes droits que les blancs. "
(28 mai.)-La grande assemble coloniale public un d~cret de constitution en io articles fondamentaux, dont le premier porte : (C Pour tout ce qui a rapport la direction int~rieure de la colonic, C l'assembl6c de ses repr6sentans . a seule l'autorit6 lgislaCC tive. )) On lit dans 1'article 6 qu'il appartient A ces repr6sentans de proposer des r~glemens relatifs aux rapports commerciaux et autres rapports commons; qu'en consequence tons les d~crets de l'A4ssemblie nationale rendus en pareille matiere, ne seront mis & execution dans la colonie, qu'aprs avoir Zte approuves par l'assemhbe gndrale.
Les habitans du Cap-Franais se reivoltent contre l'assembl~e g/nurale et en demandent la dissolution A Peynier gouverneur g~niral. Cette dissolution est par lui ordonn~c et motive sur cc que les membres de cette assemble, se sont montr~s traitres et rebelles. Ceux-ci r6sistent, soutenus par 4oo gardes nationaux et un grand nombre de lcurs commettans; le gouverneur aid6 de MTaudait, colonel du r6giment Europ6en, rassemble des forces

..





-12
pour assurer I'ex6cution de son ordre de dissolution; la guerre int~rieurc allait commencer lorque l'assemblje se decide spontan~mcnt (8 aoit) A passer en France pour se justifier aupr's da roi et de l'Assemble nationale. Cette determination excite I'admiration et la reconnaissance du peuple.
(Septembr.)-Toutefois l'Assemblee nationale, loin d'approuver ]a conduite de ces repr6sentans, annulle leurs d6crets, et les faith mettre en prison.
(12 octobre.)-Jacques Oge, mul~tre, 6lev6 en France:et qui avait k6 admis dans la socikt6 des amis des noirs, arrive a SaintDoming ue pour soulever les hommes de ouleur.-IJ bablit son camp A la Grande-Rivibre, A 5 milles environ du Cap-Franais ; ses deux freres et un nomm Marc Chavanne lui servent de lieutenant; mais il ne peut attirer sous ses drapeaux que 2oo hommes, la plupart indisciplinu6s.
Le gouverneur envoic des troupes contre lui; son camp est investi, sa troupe tu~e on prise, en grande partie ; le reste fuit; Og6 lui-mdme avec un de ses freres ct Chavanne, se r6fugient chez les Espagnols.-Le gouverneur Blanchelande obtient leui extradition et les fait supplicier.
Cette vitoire Sur les rvoit6s et le d~cret de l'Assemble nationale contre les membres de celle de Saint-Domingue, excitent ]a iaine des mulAtres contre les blanks et le m~contentement g6neral.
(1791 )-Le gouvernement envoic A Saint-Domingue, un nonfort de troupes pour maintenirla tranquillity ; l'esprit d'insubordination s'empare de ces soldats et se communique a ceux que comm andait d6jt -Maudit; Ic colonel est assassin par eux*. Leur crime


L'attaque par lui dirigee contre l'assemblie de St.-Marc et les gardes nationaux qui la protegeaient, lui avait attird la haine de ceux-ci, qui V'avaient fait passer dans l'esprit de ses soldats.

..





63
inspire bient6t l'horreur, et le r~gimeut qui 'a cowmis est d6sarm6 et ramenD prisonnier en France.
(5 mai)-L'Asseible national d6crte, sur la proposition de 'abb Gr~goire, appuy~e par Robespierre, que tous les gens de couleur, r~sidant dans les colonies francaises 6t nus de parens Iibres, auront droit aux mimes privileges que les citoyens francais entree autres a ceux de voter pour le choix des repr~sentans et de singer dans les assemblies provinciale et coloniale.
A ]a no'velle de ce d6cret accucilli avec joic par les homes de coul2ur, les blancs manifestent abatement leur indignation A Saint-Domingue, et se disposent A employer la force an besoin pour en arrtcr l'exkcution; (9 aot) les paroisses proc(dent aussit6t A l'lection de nouveaux d~putds qui se rdunissent 1 Logane, en prenant le titre d'assemble egenerale de lapartiefranpaise de Saint-Domingue.
Les mulitres alarms prennent les armes; les negres de plusieurs habitations, se joignent A eux; ils se rpandent ensemble dans les environs du Cap, rbidant les habitations et donnant la mort aux blaucs de tout &gc et de tout sexe.
La consternation est g~ndrale : les femmes et les enfans se r4fugient a bord des vaisseaux ; les hommes se inettent en ktat dC resister, commandos par le gouverneur; mais les ncgres tant nombreux et aclarn~s, continent a ravager le pays quc les blanco, sont forces d'abandonner.
L'insurrection qui s'tait d'abord dkclarde dans les environs
Cap, c'est--dirc das le Nord de la colonic, s'kend rapidement dans les provinces de l'Ouest.
(xl septembre.) Les multtres et negres insurgs, battent les troupes qu'on envoic contre eux du Port-au-Prince et s'approchent de la ville pour l'incendier, lorsque les mulatres blesshs

a Perisse jusqu', la dernire de nos colonies dit cet homme d'ot dieuse memoire plut6t que de sacrifier un iota do nos principes.

..





-4
de ne pouvoir obtenir sur les negres, l'ascendant qu'ils avaient espdr6, sc pretent a une reconciliation. Le traits accord une amnistie pour le pass et met en pleine vigueurle d~cret national du 15 inai. 2-( ao septembre.) L'assemblhe g~n~rale approuve cet acted, et d6clare que des privileges consid6rables seront accord6s aux mulAtres nes dc parens esclaves,
(24.) La tranquillity semble r6tablie mais tin decret de lAssembl~e natiouale annulant celui du 15 mai, parait aux mulatres, tine trabison de la part des blancs qui sont prdsum~s, par eux, avoir sollicit6 cette determination. Une haine implacable les anime contre ceux-ci; les hostilitis recommencent. Port-SaintLouis est pris; un tiers du Port-au-Prince est braii; les rebelles sont cependant repousses par la garnison qui avait t6 renforc~e; les negres et les tlancs rivalisent de cruaut.
(dcembre) irbeck, floume, ct Saint-Lger, commissaires civils nomm.s par l'Assemble nationale pour r6tablir la paix et ]a subordination A Saint-Domingue, arrivent an Cap-Fran ais; As sont reus avec d6frence, publient l'arret6 du 24 septembre et pei de jours apres, proclameut uneamnistie g~n6rale pour tons ceux qui, dans un ddlai d~termini6, d~poseront les armes ct prdteront le serment requis par ]a nouvelle constitution.
Cette measure et l'autcrit6 illiUit6c qu'ils s'attribnent, perd les commissaires dans l'6pinion publique ; leur pouvoir s'evanouit a d6faut de troupes pour le faire respecter, et ils sont obliges de revenir en France,
(1792) -L'Assemble 16gislative reconnait et declare (4 avril) quc les homes de couleur et negres libres des colonies, doivent jouir, ainsi que les colons blanks, de I'egalit6 des droits politiques ; que trois nouveaux commissaires seront envoys A SaintDomingue, avec forces suffisautes pour r6tablir l'ordre, et que des d6put6s scront 6lus par les membres de l'assemblke coloniale, pour faire connaitre A l'Assemblde national, IC vntu des colons conccrlant la constitution dc 1ile.

..







(ig septembre,)- Les nouveaux commissaires, Santhondty, P-olverel et Ailihaud arrivent au Cap franais avec 8,ooo hornties de troupes d'61ite. Ils suppriment Vassebl6e coloniale font arr'ter le gouverneur et touts Ics personnes qui s'opposent A leurs measures : bient6t ils se d~clarent ouvertement les protecteurs des nrgres libres et des mulEtres. Les blaucs demandeul l' section d'une nouvelle assembled coloniale au lieu de cela, une commission intermediaire, compose de six blanos, membres de l'assemblke dissoute, et de six multres, csf institu6c, Des insurrections 6clatent dans diverses provinces de 1'ilc. L'assemble'e Mgislative d~crete que Ic commandement de la colonies, est incompatible avec la quality de proprictaire dans son tendue. Galbaud, gouverneur estim6, est obiig& de se d~mettre par cc motif. Son frere, home courageux et entreprenant, i'invite A ne pas ob~ir :tons deux r~unissent douze cents marins et un corps nombreux de volontaires, avec lesquels ils marchent verse 1'h6tel o~i 6taient les commissaires. Ceux-ci protdg4s djA par des troupes r~guli~res et les gens de couleur, ne sont pas rassur~s; ils demandent des secours aux ngres revolt s, et leur offrent Ic pardon du pass, une entire liberty pour I'avenir, et le pillage de la ville. Les deux gn~raux, Jean-Franvois et Biassori, rejettent cette proposition.
(1793, 1 juin.)- Macaya, un des principaux negres insurg6s, moius scrupuleux que les pr6c~dens, eutre dans la ville du Cap, A ]a tte de trois mille esclaves, et fait un massacre general; les blancs et le gouverneur veulent se r~fugier A bord des vaisseaux, mais un corps de mulatres les surprend et les extermine ; un grand nombre p6rit aussi dans lincendie de la ille. Les commissaires pouvaint~s se mettent cn suiret6 et en observation sur un vaisseau de line.
Beaucoup de colons abandonment Saint-Domingue, et passent dans les iles voisines. Plusicurs families se retirent en Angleterre, et sollicilent ]a protection du government.

..







Le ministere anglais profit dc la dLclaration de guerre faite par la France, et dontae ordre an g~nral Xilliamson, gouverneur dc la JamaYque, defaire une descente dans la partic franVaise dc Saint-Domingue.
(19 septembre.) L'exp6dition arrive A J~r~mie, ohi elle est reVue sans difficult.
(4 pctobre. ) Elle occupe la fortresses et le HAvre du cap Saint-Nicolas; plus tard les paroisscs de Jean Babel, de SaintMarc, d'Arcabaye, de Boucassin et de Logaue, se souinettent 6galement aux Anglais.
(1794.) Le Cap Tiburon, et la forteresse de l'Aeul, sont emport!6s.
( 1er juin.) Le g~n6ral J'1hyte arrive avec un renfort de a,465soldatsdeligne ,bien disciplines, et attaque Port-au-Prince, de concert avec le commodore Ford. Apres une resistance vigoureuse, les Franfais sont oblig6s d' vacuer la riule; les Anglais y trouvent un riche butin. Les commissaires se retirent avec deux mille personnes, et deux cents mulets charges d'objets pr~cieux. Desesperaiit de conserver ]a colonic, ils s'embarquent pour retourner en France.
Cependant l'intemphie du climat produit ]a mnortalit6 dans les troupes anglaises, et les negres qui commencent A 6tre aguerris, sont toujours sous les armes.
( 1795, 22 juillet. ) La paix est conclue entre la France et 'Espagne; cette puissance cede a perp~tuit6 tous ses droits sur la partie espagnole de Saint-Domingue A ]a r~publique franraise.
(]797, mai.) L'Angleterre envoie A Saint-Domingue un nouveau corps d'arm6e de 7,000 homes, ct donne le commandement en chef an g6niral Sinco6, oficier distingu6. Celui-ci faith routes les dispositions qui sont en son ponvoir pour d6fendre les conqukes des siens, contre les ncgres qui, affranchis par les commissaires civils dans les premiers omens du danger, veu-

..







lent -ssurer leur liberty en repoussant l'invasion des auxiliaires de leurs anciens maitres.
Toussaint-Louverture, qui avait dfja deploy6 beaucoup de courage et de talens militaires, A la tate des nI'gres, est nomme par le gouvernement frangais, chef des armies de Saint-Domingue. Second par .igaud, autre g~n6ral noir, ii force les Anglais A 6vacuer successivement plusieurs places.
(1798.) Enfin le g6neral Maitland, commandant en chef de l'arm6e d'occupation, apres avoir demand d'abord tine trove d'un mois, fait un traits avec Toussaint, par lequel it cde routes les possessions des Anglais, qui r.econnaissent Saint-Domingue comme puissance inddpendante et neutre.
Toussaint, apres avoir affranchi le sol de Saint-Domingue, s'occupe d'y faire fleurir les arts et l'agriculture : ii oblige les n~gres an travail; mais ils peuvent choisir leurs maitres, et revoi* J1 naquit de parens esciaves, vers Pan 1745, dans la plantation du come de No4, non loin du Cap-Francais ; sa bonne conduite lui gagna l'affection du bailli ou directeur (l. Bayou de Libertas) qui lui enseigna a lire et 4crire, et l'6ta an% travaux de la terre pour en faire son postillon. Toussaint employa alors ses loisirs acqurir des connaissances qui ornerent son esprit, adoucirent ses moeurs, et le mirent en etat de prdtendre At de plus hautes destinies. En 1791 it refusaobstintment de prendre part aux premiers mouvemens rtvolutionnaires.-Plus tard et apr~s avoir satisfait la reconnaissance envers son maltre, en lui donnant les moyens de se soustraire a la fureur desnoirs et de sucsister, iljoignit le corps du gdndral ]iassou, et fat nommd son lieutenant. Bient6t le commandement 'de la division Iui &chut. Son regard ttait vif et percent; doue d'une extreme sobridt it suivait ses projets avec une constance i toute cpreuve ; il atait d'une intdgritd remarquable et respectait toujours son serment; jamais il n'abusa de I'autoritj illimitte dont il lut revtu. I1 tait naturellemernt doux et gdn'reux. 11 montra dans I'administration int(rieure de St.-Doniingue, la mtme sagacitV, la mdme prudence et ]a mdrnme humanity qui l'avaient distingud sur le champ de bataille. Chdri des ngres, it mdrita encore l'estime de tos les strangers quli eurent des relations avec tui.

..







vent un salaire convenable. Les 6glises sont r~tablies. L'ancien systbme d'administration coloniale 6tait d6truit; Toussaint sent ]a n6cessit6 de donner des lois A sa patrie; il pr6paie done une constitution, en s'aidant des lumieres de plusieurs europ6ens d'un m~rite distingu6.
(a8oi, juillet.) La constitution r~digfe est soumise A I'assembl6e g n6rale des repr6sentans des districts, qui l'adopte; die est ensuite publi~e au nom du peuple, et 'ile dtclar~e
indfpendante.
(Octobre.) La paix est conclue entre la France et 'Angleterrer Bonaparte, premier consul, congoit le dessein de se rendre maitre de Saint-Domingue. Une flotte de vingt-six vaisseaux de guerre, et d'un grand nombre de batimens de transport, est appareillke dans les ports de la France. On y embarque 25,ooo hommes d'6Iite, sous les ordres du g~n6ral Leclerc, chef de I'exp6dition; la flotte est commander par 1'amiral-illaret.
(28 d6cembre.) L'armement met A la voile, et arrive A la baic de Samana, sur la c6te orientale de Saint-Domingue. L'attaque des trois principales places est rtsolue; le g~niral Kerversail est dirig6 sur Santo-Domingo *, le gin~ral Bondet sur Port-au-Prince, et le general Bochambeau sur le fort Dauphin. Le g6n6ralissime se charge de la prise du Cap-Franfais.
( 18o2, 2 fvrier. ) La division Rochambeau entre dans le, fort Dauphin, sans 6prouver de resistance.
(3.) -Le g~ndral Leclerc arrive devant le Cap, et se dispose A prendre possession de la ville. Christophe, qui la commande, sentant l'impossibilite de la difendre, y fait mettre le feu, et se retire en bon ordre avec ses troupes, emmenant plus de 2,ooo blancs comme stages. Les FranVais, entr~s dans place, s'efforcent d'ieindre rincendie; mais ils ne parviennent

Toussaint avait place sous sa domination, la partie de 'ile c~de A la France, par les Espaguols.

..







qu' sauver un petit nombre de maisons. La division aux ordres du g6nral Boudet s'empare heureusement de Port-au-Prince.
Toussaint qui, au moment de l'invasion, 6tait dans l'int6rieur de l'ile, n'en est pas plus t6t inform, qu'il se met en ktat de rsister. Malgr6 ses premiers avantages, le chef de l'exp~dition redoutant avec raison un ennemi non moins dangereux par sa bravoure kclair~e que par son ascendant sur les negres, cherche les moyens de l'amener a une soumission favorable A la France. Les deux enfans de Toussaint, enlev~s A lcurs tudes a Paris, et qui out regu des instructions analogues aux vues do capitaineg6n~ral, sont envoys leur pare, accoxnpagn~s de leur pr6cepteur: celui-ci est porteur d'une lettre flatteuse et pleine d'artifice do premier consul, an citoyen Totussaint, general en chef de l'armde de Saint-Domingue. En cas de rejet des propositions du g6nral Leclerc, les enfans doivent 6tre ramens parmi les Fran~ais, et consid6r~s come 6tages,
Toussaint, d~jA attendri A la vue de ses enfans, est branlM par la lettre du premier consul; il demande n~anmoins le temps de r~fl~chir sur les overtures qui lui sont faites. Ses fils lui sont presents une seconie fois; l'Ame de Toussaint est partagde entre la tendresse paternelle et sa sollicitude pour les negres ses compagnons : enfin, il fait A ceux-ci, le sacrifice do ses enfans: l'un d'eux vent partager le sort de son pbre, et reste avec lui; l'autre retourne parmi les Franais.
( 17. )-Alors le g6n~ral Leclerc met Toussaint et Christopho hors la loi, ordonnant, par une proclamation, At tons les citoyensi de les poursuivre et traitor comme les ennemis de la r~publique.
En. meme temps les hostilities suspendues durant les ntgociations recommencent, et les Franrais emploient toutes sortes de moyens pour exciter a la defection les troupes de Toussaint et les babitans en g&ral; ils dclarcnt solennellement A ceux-ci, que leur liberty sera respect6e, quelle que soit leour couleur.

..





20
( t9. ). Les villes de Plaisance, Zifarmelade et SaintaMliguel sont prises. Les noirs, commands par Dessalines, vacuent la Croix-des-Bouquetsa 'approche de la division Boudet, et traversent rapidement les montagnes pour incendier la ville de Ld'ogane.
(27.) Le meme g6nral se rend maitre de Saint-Nare, ot bient6t le chef noir Maurepas, qui commandait le district, se soumet aux Fran~ais avec 2,ooo hommes de troupes regl6es et 7 pies de canon. Le g6niral Laplume avait aussi abandonn6 le part de Toussaint, depuis quelques jours.
Les propositions, les promesses du capitaine-gentral, les succ~s qu'il venait d'obtenir, et la soumission de plusieurs lieutenans de Toussaint, produisent, dans les troupes de celui-ci, un dcouragement qui amine des d6sertions nombreuses; en pen de temps il se trouve avec quelques centaines d'hommes seulement. Poursuivi sans cesse, environn6 d'obstacles inouf, le courage de Toussaint West pourtant point abattu.
(Mars. ) L'arm6e fransaise arrive devant Port-au-Prince, ot en prend possession sans obstacle; la place se trouvant en bon &at, elle y utablit son quartier-gnral.
La fortresses de ]a Cre'te---Pierrot, a & liues de Saint-Marc, htait un posted important; Dessalines, l'un des guniraux noirs los plus courageux et les plus entreprenans, s'y &ait retire; le capitaine-gnral vent s'en rendre maitre, et empeicher la retraite de ]a garnison. Presque touted rarme fran~aise est occupue a cc sikge; Dessalines fait une resistance hroque, et finit, en trompant les assiegeaus, par se retirer la nuit avee une de ses divisions; les autres troupes de la garnison n'cbappent qu'on. partie. Enfin la fortresses est an pouvoir des Fran'ais; mais ils l'achent par la perte de quelques-uns de leurs meilleurs gun6raux, et d'un grand nombre d'excellens soldats.
Le gun6ral Leclerc croyant la conquite de Saint-Domingue assure, rutablit alors resclavage an mpris de ses promesses an-

..





21
terieures. Les colons trouvent cette conduite imprudente et les noirs en sont indign6s.
Toussaint toujours infatigable, cherche A profiter de cette faute; it effectue tine jonction avec Christophe qui avait 3oo soldats; et quittant les montagnes oh il s'6tait r6fugie, i gagne la c~te septentrionale de l'ile oh il y avait un grand nombre ;de cultivateurs ; il les appelle sous ses drapeaux, et bient6t le courage qui les anime suppl6e A l'insuffisance de leurs armes et de leur discipline; il se pr6cipitent dans la pine du Nrd, et s'emparent de tons les postes des Franvais qui sont obliges de se retrancher au Cap.Toussaint en fait le si~ge et aurait pris la place, si la flotte et ]a division Hardy n'eussent secouru le g6nral Leclerc.
Les Frangais entass6s dans cette place, se trouvent dans une situation critique; ils ont a souffrir les maux d'un siege rigoureux et d'une 6pid6mie extr~mement meurtriere; Le g~nhal Leclerc reconnait son imprudence et sent le besoin de regagner les noirs irrit6s de sa perfidie; dans cette vue il compose et public une proclamation par laquelle, en palliant autant que possible ses pr6c6dentes mesures, par l'aveu qu'il ne connaissait d'abord ni le pays iii le caractere de ses habitans, il propose une constitution fond~e sur la liberty et 1'Agalit6 de tons les habitats de la colonic, sans aucune distinction de couleur.
Les noirs n'aperoivent pas que, graces a une contexture artificieuse de cette declaration, les garanties promises sont puremeint illusoires, et las de la guerre ils deposent en grande parties les armes.-Christophe entre en n6gociation avec le capitaine g6neral et obtientla conservation de son grade et une amnistie entiere pour ses troupes. -(mai.) Toussaint et Dessalines traitent ax mdmes conditions et tons les habitans de Saint-Domingue reconnaissent la souverainet6 de la France.
Toussaint se retire a une petite plantation appelke Louverture, situ6e aux Gonaives pres la ville de Saifit-liarc i y gotitait le

..





22
repos depnis peu de jours, lorsque le g~nural Leclerc le fait saisir nuitamment, et transporter avec touted sa famille A bord dc la fr6gate la Criole pr6parde a cet effet; il est conduit A Brest oh on le spare dc sa famille, pour l'enfermer au chateau de Joux, sur les confins de la Franche-Comt6 et de ]a Suisse. Apri's quclqucs mois, on le transfere A Besanron dans un donjon froid et obscur; il.y meurt au printemps de l'ann~e i803. 4
( 18o2 juin.)-Le capitaine g6nral d6livr6 d'un ennemi dont la puissance et le'g~nie l'ombrageaient, se croit assez fort pour gouverner arbitrairement le pays qui s'tait soumis A lui; mais les negres, clcair~s sur les vritables desseins du gouvernement franfais, par I'attentat commis sur Toussaint et sa famille, se soul'vent de nouveau, r~solus A vaincre ou A prir avec Dessalines, Christophe, Clerveaux et Domage, leurs chefs.
L'aimne francaisc diminue chaque jour par les desertions et la contagion ne de la chaleur excessive;-Le g6n~ral en chef irrit6 de ne pouvoir soumettre les noirs, se promet de Ies exterminer; tons ceux qui tombent entre ses mains, arms ou non, trouvent la Mort dans des supplices affreux. On fait venir des auxiliaires de Vile de Cuba ; cc sont des chiens avides du sang des noirs; on excite leur fureur par la faim, on les laisse alors parcourir V'ile pour devorer les negres.
Le capitainc-g nural Leclerc meurt et le commandement &choit au g.n6ral Rochambeau; ]a position des Franais 6tait toujours critique; A la fin de l'ann~e As avaient perdu 4oooo hommes; Ics renforts qu'on envoyait de France 4taient pen considrables
-t composes de recrues des provinces conquises par les armies IKp ublicaines.
(s8o3 mai.) Les hosfilites recommencent entrela Grande-Brelagne et ]a France, et en juiliet une escadre anglaise parait sur les c~tes de Saint-Domingue ; Les Franqais se trouvent alors renfermes dans ]a vile du Cap et dans les districts environnans ; k'escadrc leur 6te tout espoir de secours du c616 de la wer, et ius

..





23
sont vivement presses par terre par Dessalines alors general en chef des noirs.
(19 novembre.) Le commandant frangais, craignant de voir la ville prise d'assaut, propose une capitulation, au Inoyeul de laquele ses troupes et lui 6vacueront la viUle dans dix jours, avec leurs munitions et artillerie pour se retirer sur leurs vaisseaux; les malades et blesses seront soign~s dans les h6pitaux jusq"u' leur gurison, et conduits ensuite en France sur des vaisseaux neutres. Ces conditions sont accepts.
(3o.) Les noirs arborent leur 6tendard sur les murs du Cap, et semblent se disposer A couler has la flotte fran~aise avec l'artillerie de la place.; dans cette extremit6, elle se met sous la protection des Anglais. Trois vaisseaux et dix-sept bltimens plus petits, sortis du port, en vcrtu de la convention, et 8,ooo hornrues qui les montaient, se rendent aux Anglais.
(2 dcembre. ) Le g6n~ral NVoailles, rest en possession du Mole avec un petit corps de troupes franqaises, refuse de capituler avec le commandant auglais et profite de la nuit pour
ernbarquer ses troupes sur six batimens; le brick qu'il montait cehappe seul; les cinq autres bltimens sont pris, et conduits Ai la Jama'ique avcc le reste de la flotte livr~e par Rochambean. Les ]F'rangais expulses, Saint-Domingue se troave sous la domination de trois g6n~raux noirs, Dessalines, Christophe et Clervaux. Les noirs rendent 'ile son nom primitif d'Ilatti.
( i8o4, 1i, janvier. ) Les g~nhraux et les chefs de l'armee, repr~sentant le peuple d'Haiti, signent une d6claration d'indpendance de l'ile; ils nomment Jean-Jacques Dessalines gouverneur Ai perp6tuit6, avec pouvoir de rendre des d-crets, de faire Ja paix et la guerre, et de choisir son successeur.
Le chef du gouvernement, pour aceroltre la population m'ie, qui 6tait consid~rablement diminue, ct recruter son armec engage les negres et multres qui, an commencement des troubles avaient t6 conduits par leurs maltres, ou s'ktaient retires

..





24
volontairement aux Etats-Unis d'Am6rique, A revenir a SaintDomningue, ct promet, a cot effet, une prime aux capitaines de vaisseaux am6ricains, pour chaque noir ramcn6 I llaiti. D'un autre c t6, il propose a un agent anglais d'accorder aux habitans de ]a JamaYque, le monopole exclusif de ]a traite des n~gres A Haiti, pour en faire non des esclaves, mais des soldats.

Un assez grand nombre d'habitans franais, auxquels on avait permis de quitter I'ile avec l'arm6e, avaient 6 retenus par la difficult dc transporter leurs effets, et ]a crainte de les voir tomber au pouvoir des Anglais; cette consideration, et l'humanit6 des ncgres qui leur semblait garaftie par la s6curit6 qu'its avaient trouv6cpendant queToussaint gouvernait rile, lesavaient d6termin6s a y rester: mais le sanguinaire Dessalines, apres avoir aussi promnis do les prot6ger, excite les ngres A la vengeance par de perfides proclamations.
(F6vrier.) La donceur naturelle aux noirs les trouvant insensibles A ces provocations Dessalines prend ie parti de comprendre les maliheureux blancs dans une execution militaire; ses mesures sont si ben ordonn~es, qu'aucune des victimes par lui dsignies, ne peut capper. Un massacre g6n6ral a lieu dans la ville oh sont les Franais; les pretres, les chirurgiens et quelques autres personnes, sont seuls 6pargn6s. Christophe, sans s'opposer ouvertement A. ces actes de brigandage, les ddsapprouve secretement.
Un petit d~tachement de troupes frangaises 6tait demeur6 en possession de Santo-Domingo ; Dessalines forme le projet de le ditruire, et pour y parvenir, il cherche A d6tacher des Franfais, les habitans espagnols qui faisaient cause commune avec eux. N'ayant point r~ussi dans cette tentative, il se met A la tate de son arms6e, et vient assi6ger Santo-Domingo. Les Frangais et les Espagnols r~unis, se d6fendent vaillamment; soutenus A temps par de nouvelles troupes d6barqu6es par plusieurs bAtimens fran-

..





25
ais, us forcent le general noir a lever le siege, apres plusieurs 6chens.,
(8 octobre.) -De retour de son expedition, Dessalines so fait sacrer et couronner sous le nom de Jacques Ir, empereur d'Ha'iti; le g6niral Ption remplit les fonctions do maitre des c~r&nonies. Les habitans, ot surtout ceux qui avaient le plus do lumi~res, alarms du pouvoir absolu dont Dessalines est investi, songent le circonscrire; une constitution est doeu pr6sent6e par eux A 'empereur, qui 'accepte. Le pays devient florissant sous son gouvernement; mais apres avoir travaillA pour le bien g6nral, Dessalines sc livre de nouveau A ses penchans f6roces; ses crimes effraient les gens de couleur ; une conspiration 6clate, et Dessalines est tu6 d'un coup do sabre. *
( 18o6, 17 octobre. ) Christophe est provisoirement nomm6 chef du gouvernement. Les diput6s sont convoqu6s pour pr6parer une nouvelle constitution ct choisir un chef; les voix sont partag6es entre lui et Pion, commandant au Port-au-Prince. Cependant le nombre des diput6s ayant Wt6 augment par les gn6raux noirs qui favorisaient ce dernier, il ost proclam6 pr6sident de la ripublique.
(27 d&embre.) Christophe r6solu A lui disputer le gouvernement, se met a la the des troupes qui lui sont devou6es; de son ct6 Ption prend les armes, et marche a la rencontre do son rival.
(1807, Icr janvier. Les deux armies se mesureut en ha* Dessalines no savait pas lire nais il avait appris h signer son norn; il avait un lecteur qui linstruisait du contend des papiers publics, il F'6coutait avec attention. Quoique petit, il tait forternent constitud, actif et courageux; ses talons militaires 4taient mddiocres. A cette 4poque, la population de la partie de rile gouverne par Dessalines mnontalt A 4,ooo Ames; la rdeolte de F'anne prdc.dnte gu caf principaleiaent. s'dtait ,levde A une valour de 3o millions.

..





"- A6
taille range; P~tion est oblige de battre en retraite, et de so renfermer dans Port-au-Prince, oh Christophe vient le bloquer. Le g~nral Boyer fait une resistance hho'que; alors Christophe se decide A lever le siege, et se retire an Cap-Fran ais.
II y convoque une assemble des gdnaux et des principaux citoyens; ile prepare une nouvelle constitution, qui est aussit6t. publi~e. *
(17 f~vrier.) Christophe et Pktion continuent, durant plusieurs annes, 'a se disputer la souverainet6 _par les armes ; ils obtiennent mutuellement des succes, mais qui ne sont point d6cisifs.
Christophe conclut avec les habitans espagnols d'Ha'iti, un trait d'alliance et de commerce; il leur fournit aussi quelques armes et munitions pour chasser les Franais qui possedaient encore deux postes, dans cette partie do r'ile.
(i8o9, novembre.) Les Anglais s'emparent de la ville et du port de Samana, font la garnison franaise prisonniere, et livrent la place aux Espagnols.
( 18io, juillet,) Une flotte anglaise arrive devant SantoDomingo, pour coop6rer A sa r6duction; le gouverneur fran ais capitule ; les officers de ]a garnison sont envoys en France, et les soldats demeurent prisonniers do guerre.
Les Espagnols rentrent alors en possession de cette capitale.
(1811.) Christophe so fait roi, sans obstacle de la part du peuple; le Conseil d'Etat dresse un acte constitutionnel qui, en

Ses dispositions fondamentales sont, que tons les individus rdsidant sur le territoiie d'ta'iti sont libres; le gouvernement appartient is un rnagisfrat supreme qui prend le titre de president. I1 y a un Conseil d'Etat Composed de neuf membres, dont six doivent 6tre g(nWraux ; ils sont nomInes par le president. Le culte catholique Romain est prodamsa religion de r'Etat; les autres cultes sont toldrds. -Des ecoles doivent 6tre ktablies dans h&que district, et tous les Ha'itens depuis 16 ansjusqu'! 5o, 5ont assujettis au service militaire.

..






lui eonfrant la dignity royale transmissible a sa famille, apporte A ]a constitution existante, les modifications drivant do nouvel ordre de choses.
Les deux chefs de File sentent la nkcessit6 de mettre fin A leur querelle d'ambition ; ils font un trait verbal par lequel chacun reste maitre de la portion du pays qui a rcconnu sa domination.
Tons deux s'appliquent ensuite & perfectionner les institutions sociales, dans leurs domains respcctifs.
( 1814.) Cependant l'auguste farnille des Bourbons est replace sur le tr6ne de ses p(res ; les anciens colons de SaintDominguc, sollicitent S. M. Louis XVIII, de faire reconnaitre son autorit6 dans la colonie, par la voie des negotiations qu'ils jugent devoir 6tre efficaces, et au besoin par les armes; ils proposent toutefois, d'accorder aux noirs et A leurs chefs, des avantages combines avec l'int~rt de la France, et le leur, en parti-, culier.
(Juin.) Plusieurs hommes d'6tat partageant ces vues et ces esprances, M. Malouet, ministry des colonies, envoie trois commissaires charges de recueillir 6t de transmettre au gouvernement fran~ais, des renseignemens sur l'tat de Saint-Domingue, et les dispositions des deux chefs.
( Septembre, octobre. ) M. Lavaysse arriv6 a Kingston Zcrit A Petion et 'a Christophe, pour les engager se soumettre A ]a France; les menaant, en cas de refus, des forces comlin~es de 1'Europe, dontles souverains etaient disposes a d6truire tou les gouvernemens qui s'taient forms durant la revolution.
Une asseinbe extraordinaire de la nation, convoqu~e par Henri, a l'effet de d~librer sur la lettre du commissaire franais, manifeste son aversion pour la France, et la r~solutiofl de ddfendre l'ind~pendance du pays, par tons les sacrifices possibles.


* !T DI. Dauxion-Lavaysse I Medina etDraverman.

..







( 21 novembre.) Le president Ption entre en conference avec I. Lavaysse, et reunit ensuite les autorit6s du pays, qui rejettent les propositions de la France, tendantes A faire reconnaitre sa souverainete; la rpublique t6moigne n~anmoins le desir de rtablir des relations commerciales avec l'ancienne m6tropole, et d'accorder une indemnity p6cuniaire pour les pertes que les colons franais avaient essuy~es.
( i8x6, juillet. ) Saint-Domingue occupe de nouveau le gouvernement du roi Louis XVIII; il nomwe deux commissaires charges de administration de toutes les affaires civiles et militaires de Saint-Domingue ; leur mission ne produit aucun r6sultat favorable.
(1818, mars.)- Ption meurt apres une maladies de huit jours, durant laquelle il avait refuse tout remade et tout aliment; sa fin, volontaire en quelque sorte, semblait avoir ctc cause par un d~got'it prononc6 de l'existencc. *
Le g~n&al Boyer, son ami, qu'il avait d6signe pour son successeur, est 6lu president A l'unanimit6. Christophe essaic de r~unir le pays de la rpublique A son royaume, mais ses offres aux habitans sont rejet~es.
Un des premiers actes du nouveau president, est de reconqu6rir le district de la Grande-A/nse, que Christophe avait enlev6 A Option.
( 182o, 15 aoait.) Un iucendie terrible d~truit presque enticement Port-au-Prince, capitale de la r~publique; la perte en b~timens, meubles et marchandises, est 6valu6c A plus de 25 millions.
(octobre.) La tyrannic et l'atrocit6 de Christophe 6taient devenues insupportables; une division de son arm6e, se soulev et
I

(1) Petion etait multte il avait fait ses 4tudes l'cole militaire de Paris ; il dtait doux et prdvenant, et cultivait les lettres. 11 Rtait iugnieur et avait de grands talens militaires.

..





29
marche sur le palais de Sans-Souci, oh est le roi, aux cris de liberty'. A la nouvelle de i'approchc des insurgds, le roi tombe dans le d&sespoir et se donne ]a mort.
8.) Une deputation est envoyee au president Boyer, pour lui offrir de reunir les deux tats, et de n'en faire qu'une rdpublique; i se met aussit6t a la tate de 2o,ooo hommes, et vient au Cap r~tablir la tranquillity compromise un instant par quelques partisans de Christophe, qui voulaient lai choisir un successeur.
(26.) La reunion des deux 6tats est ope'r~e et annonc~e par une proclamation.
La France reconnaissant la difficult de soumettre Saint-Domingue, surtout d'apres les derniers 6venemens, con~oit n~anmoths l'espoir -d'obtenir des avantages commerciaux, ct une indemnity pour les anciens colons, du gouvernement haYtien. ( 1841, 5 fdvrier. ) En consequence, M. .Aubert-du-PetkT'Itouard est envoy a Saint-Domingue; ses instructions sont, que S. M. Louis XJIII est decide I consacrer l'inddlpendance du pays, sauf le droit de suzerainetd qu'elle reclame, arec des indemnity's pour la cession du territoire et des propridtes.
La nation haitiennc ne veut point accepter le protectorat de la France, et insiste pour unc reconnaissance formelle dc son iudpendance ; ellc reit~re d'ailleurs l'offrc de traiter le commerce franfais aussi avantageusement que celui de la nation la plus favoris6ce, et de donner une indemnity raisonnable. L'envoy6 revient en France, sans avoir rieu conclu. (1823.) La mission du general haitien Boye, et ses conferences a Bruxelles avec le conseiller d'etat Esmangart, pr6fet de la Manche ne produisent non plus, aucun r6sultat ddfinitif.
( 1824) Les intentions du gouvernement frangais et du president d'Ilaiti, pour un trait d~cisif, tant toujours subsistantes, S. Ex. charge les citoyens Larose ct Rouannez de ses pouvoirs et de ses instructions ; leur voyage en France est encore

..





3o
infructueux, et les n~gociations restent interrompues pendant pres d'une annee.
(1825.) Mais le Monarque g~n~reux que la Providence venait d'appeler au tr(ne de France, a pes6 les resultats loign~s d'une conqute p~rilleuse, et les avantages presens d'un trait de paix; l'amour du bien public lui a dict6 l'abandou de son droit de souverainet6 sur une ancienne colonie de son royaume Grace 1 ses resolutions magnanimes, l'tat pr~caire des Haitiens va cesser, fortune des anciens colons s'am~liorer, et le commerce frangais recevoir une extension favorable!
M7 le baron de .MVac Kau, capitaine de vaisseau est choisi par S. M.', pour communiquer ses intentions royales an pr&ident de la r~publique d'Haiti. Cet officer est accueilli au Port-auPrince, avee tous les egards dtis A son souverain.
Apr~s divers pr~alables, l'ordonnance de S. M. Charles X, en date du 27 avril, est ente'rine et accept6e avec de grandes solennit~s par le Senat de ]a republique en presence du baron de Mae Kau, et des amiraux et officiers d'une escadre franqaise qui s'etait rendue dans Ie port. Cette ordonnance, en donnant A la puissance Ila'tienne une existence l6gitime, assure 'a la France des avantages pr~cieux pour son commerce, et une indemnity de i5o millions en faveur des anciens colons.
Aujourd'hui, le peuple Ha'tien vit sous des lois sages et protectrices; il gofite riellement le bienfait de la liberty et de l'galite. L'homme sup~rieur qui tient les rdnes du gouvernement, est aussi judicieux dans les actes d'administration int6rieure', que sa politique au-dehors annonce de profondes rues. La civilisation a faith sous lui des progres sensibles, et prepare aux habitans d'Itaiti, un heureux avenir.

..






















RECUEIL ANALYTIQUE


DES LOIS ET CONSTITUTIONS


QUI ItGISSAIENT LA COLONMX FRAN AISR DE SAI!T-DOMINGUE,
AVANT SA BEPA1ATION DE LA MiETROPOL .

..


..















RECUEIL ANALYTIQUE



DES LOIS

ET



CONSTITUTIONS


;QUI REGISSAIR-fT LA COLOifIE FRANCAISE DE SiINT-DOMINGUE, AVANT SA
SPARATION DE LA xdiTEOPOLE.







( 1656,f-vrier.)-&)rT de Henri II, portant que les femmes qui auront c616 leurs grossesse et cufanteinct, et dont, par suite,


Avant 1685, la colonie de Saint-Domingue, n'avait point l'importance qu'elle meritait et qui plus tard fut reconnue par la France ; elle dipendait da conseil souverain de la Martinique dont elld empruntait sos reglemens de police et sa jurisprudence. Les gouverneurs generaux des 'les de l'Amnrique, ayant le siege de leur administration la Martinique, soumettaient ces deux pays au mtme regime. -Mais en 1685 ct 1701 des conscils souverains de justice et des sikges infirieturs, fiurent crjis ai St.-Domingue ; un gouverneur gdniral et un intendant y frn'et etablis.
Note des Miteurs.
3


- 31 -

..






I 34
les enfans seront morts sans bapt~me et spulture accontum~s, sont coupables d'infanticide et come telles ponies de mort.
Enregistr6 au conseil souverain de LTogane, le 2 mai 1718.
( 1560, j uillct. )-kDT de Francois II, touchant les deuxic'mes noces.
(1561 avril. )--Or oNANcr du roi, qui confirme routes transactions entree majeurs faiths sans dol ou violence; interdit Faction en rcscision mei poor 16sion d'outre moitil.
Enregistr6 au conseil.
(1579, mai.)-ORno xNANcE DE BLOIs, qui prescrit la publication des mariages, la redaction d'un acte en presence de t~moins, et la ncessitii du consentement des pare et mrc on curateurs des enfans de famille nu de ceux 6taot en la puissance d'autrui, sons peine aux cures, Yicaires ou autres, d'6tre punis comme fauteurs du crime de rapt.
Enregistr6 an conseil.
(05 io-i 58o.) CouTuM. lD PARIs. Son execution ordonn~e par arr~t du conseil du Petit-Goave, du 16 mars 1687.
(1667, avril.)-ORDooNANcrU CIVILE. Son execution ordonne par arrkt du conseil du Petit-Goave du 6 mars 1687. (1670, aoait.)- ORmoN ,Acr CUTMINELLE. Son execution ordonn e; Petit-Goave 6 mars 1687.
(1 673, mars.) Or1ONANCE"Du co mmErcE. Son execution ordoinine; Petit-Goave 6 mars 1687.
(1681, aot,.) O0 NNANcE DE LA MARINE.
(1685, mars.) CoDF Noxr on dit de r~glement pour, io le

Non enregistrde 1 Saint-Domingue. Cependant y 4tait gardde et obseryde en tout ce qlui n'cst pas contredit par les dispositions localeL.
Note de X. Moreau de St.-o j7.

..





35
gouvernement et I'administration de la justice, et de la police des iles fran~aises de I'Aln6rique, 20 ]a discipline et le commerce des nbgres et esclaves.
Art. 8. DWclarons nos sujets qui ne sont pas de ]a religion catholique apostolique et romaine, incapablcs de contractor A I'avenir aucun marriage valable. D6clarons batards les enfans qui naltraient de telles conjonctions, que nous voulons 6tre tenues et r~put~es pour vrais concubinages.
Art. io. Les solennitfs prescrites par I'ordonnance de Blois et par la declaration du mois de novembre 1639 pour les marriages, seront observes plant A i'Ngard des personnes libres que des esclayes, sans ncanmoins que le consentement du pbre et de la mere de 'esclave y soit n6cessaire, mais celui du maifre seulement.
L'art. 44 d6clare les esclaves ineubles et come tels entrer en ]a communaut6, n'avoir point de suite par hypothque et se partager galement entre les coh~ritiers sans pr6ciput ni droit d'ainesse ; n'(tre suits au douaire coutumier, an retrait f6odal et lignager, aux droits f~odaux et seigneuriaux, aux formalit~s des d6crcts, aux retranchemens des quatre-quints, en cas de disposition a cause de mort ou testamentaire.
Art. 45. N'cntendons toutefois priver nos suiets de la faculty de les stipuler propres A leurs personnes et aux leurs de leUr ct et ligne, ainsi qu'il se pratique pour les sommes de deniers ct au. tres choses mobilires.
Art. 46. Dans les saisies des esclaves, seront obscrv6es les formaht6s prescrites par nos ordonnances et coutumes pour les saisies des choses mobilieres.
Art. 47. Nc pourront 6tre saisis et vendns s~pardnent le maria ct la femme impuberes, s'ils sont sous la puissance: du mnme maitre.
Art. 56. Les maitres Ag6s de 2o ans, pourront affi-anchir leurs

..






36
csclayes par tous actes eutre-vifs on Zi cause de mort, encore qu'il&
soient mineurs de 25 ans.
Art. 56. Les csclaves qui auront &6 faits legataires universels par Icurs maitres, on nommnis ex~cuteurs de leur testament, on tutears de leurs enfans seront tenus et rput~s affranchisArt. 57. Delarons leur affranciissement fait dans nos iles, lear teuir lieu de naissance dans nos iles et les esclaves affianchis, n'avoir besoin de nos lettres de naturalit pour jouir des avantages de nos sujetsnaturels daus notre royaume, terres et pays dc notre oh eissan cc.
Enregistr6 au conseil souverain du Petit-Goave, le 6.mai 1687.
(1685, aout.) -JDIT portant ctablissement d'uu conseil sonvcraln et de quatre sieges ro'yaux qui y ressortiront, s SaintDomingue; savoir : le conseil souverain au bourg du PetitGoave; le ir siige an me'me lieu; le 20 A Uogane; le 3e an Port-de-Paix; et le 4' au Cap.
Avec pouvoir audit conseil souverain, de juger en dernier ressort, tousles pros et diff'rends tant civils que criminels, mhs et A' mouvoir entree nos suits dudit pays, sur les appellations des sentences desdits juges royaux, et cc sans aucuns frais, etc. '

Le texte entier de cet Midt dont nousrappetons les dispositions principalcs, se trouve dans 'ouvragc estimt de M. Moreau de St.-MWry: it itul : Lois et constitutions des colonies franqaises de IAmirique, t. 1, p. 4 14. Note des iditeurs.
II existait depuis 168o environ un conseil souverain Leogane, qui statuait en premiere et dernire instance; il avait it6 form d'aprs des lcttvrs patentes semblabtes a elles qui avajent institu le conseil souverain de Ia Martinique "s la date du i i octobre 1664, parce qu'il en fut expdiW de semblables pour les ties, Ns diffireutes 6poques.
Cependant le conseil souverain du Petit-Goave n'a considirt ses jugemens qise conmue des sentences sujettes -, l'appel.
Note de Al. 211oreau de St.-Xfsry.

..






37
(1686, 7 octobre.) RGLEMENT du conseil souverain du PetitGoave, concernant la taxes des salaires et vacations des juges, de leurs lieutenans, des procureurs du roi, greffiers, notaires, huissiers ou sergens.
(1687, aocitt.)-AIriuT du conscil d'tat, portaut que Wl'dit de mars 1685 en ce qui concernel'article 44, r6putant les esclaves meubles, n'a pas d'effet r~troactif ct n'aura lieu dans les miles, que du jour de son enregistrement; qn'er consequence les partages faits jusqu'audit jour, quoique contraires la disposition dc ladite declaration, seront exkcutes en leur entier, etc.,
Enregistr6 aux deux couseils.
(1696, 9 janvier.) AuRrT du conscil du Petit-Goave, qui ordonne aux curds, vicaires, et missionnaires desservant les 6glises, de tenir deux registres pour y iuscrire les baptemes, marriages et d6ces.
(-697, mars.)-nrr concernant les formalit6s t observer dans les mariages.-Ncessit6 do domicile acquis par six mois d'babi-" tation dans la paroisse oa- ils veulent contracter marriage, pour ceux qui demeuraient auparavant dans le mdre diocese; et d'un an d'habitation, pour ceux qui demeuraicst dans un autre diocese, A moins de permission du 0r, archev~que on 6vdque.
Enregistr6 aux deux conseils.
(1695, 5 octobre.)-ARtRr de r~glement du conseil dc Logane, qui enijoint At tons militaires et officiers publics, d'ins6rer dans leurs actes, la mention du lieu de la naissance, de la qualit et dc l' tat des parties, ainsi quc les noms de leurs pere et mere, A peine de nullit6.
( 701 6 juin.)-DnT de creation d'un conseil supericur an Cap-Franf-ais, avec les m~mes attributions que celui do PetitGoave cre' en 1685, pour juger par appel en dernier ressort et sans frais, tons proces civils et criminels jug~s en premiX~re instance par les juges des lieux, entre les suits habitant les quartiers du Cap du Port-de-Paix et autres quartiers qui pourront

..





38
se former dans la bande du Nord; au moyen de quoi la juridiction du conseil souverain du Petit-Goave, ne s'6tendra plus que dans les quartiers de I'Ouest et du Sud de 1'ile, etc.
( 1705, 13 novembre.) ACTr DE NOTORIfT! du cbhtelet de Paris, portant que les n'gres attache~s A la culture de Saint-Domingue, soot meubles.
(1706, 12 avril )-ARRET' du conseil superieur de L6ogane touchant le tarifdes droits pour administration de la justice, et r~glant divers points d'instruction des affaires.
(12 mai.)-lr!.GLMENET du m~me conseil, concernant la determination d'une clielle de distances, pour les transports et significations.
(1709 mai.) fDIT portant retenue de 4 deniers pour livre en faveur des invalides de la marine, sur routes les pensions, soldes, gages et appointemens des corps de la marine et des gaIres, des ouvriers employs daus les arsenaux, des capitaines, maitres, patrons officiers, mariners ct matelots au service des negocians et armateurs; enfin sur le montant des prises faites en mer.
Enregistr6 aux conseils du Petit-Goave et do Cap.
(1713, mars.)-DIT additionnel ao precedent, portant creation des cominissaires gtnraux et provinciaux des invalides de la marine.
Enregistr6 aux conseils de Logane et du Cap.
(1717, 12 janvier.)-R&L AEtNT du roi, portant qu'il y aura I'avenir dans tons les ports des iles et colonies fran~aises, des uges pour connaitre des causes maritimes, sous le nom d'ofltiers d'anirautM, privativement A tous autres juges, et pour tre Piar eux lesdites causes jug~es, suivant l'ordonnance de 1681 et ertres ordonuances et rdglemens concernaut la marine. Ce r6glement ddtermiuc le siege de ces juges d'amiraut6 et la proc6dure qin'ils aurout A instruire.
EnregistrA an Cap le 6 iin 1717 et A Logane le 21.,

..





39 .(2 aoht.)-DLCLAAxTION du roi, pour la conservation des minutes des notaires dans les colonies franpaises, qui impose aux notaires, l'obligation de classer leurs minutes par annce et d'en former autant de collections renferm~es dans des cartons avec l'indication de l'annie au dos.
Et eujoint aux procureurs du roi, de se transporter dans les etudes des notaires tons les trois mois, pour visiter les minutes et voir s'ils les conservent en bon et dht 6tat.
Enregistr6 aux conseils.
( 720o,juiUet.)-fDIT en faveur des invalides de la marine, qui regle en tout point Ieur tort et 'administration de r'tablissement fond6 pour eux.
Enregistr au conseil du Cap, le xer juillet 1721.
(noyembre.)-]InT portant creation de deux s6n6ehaussees A St.-Louis et 't Jac-nel.
Lesquelles connaitront, en premiere instance, de tous proces civils et criminels, en la mdmc forme et mani~re, que les autres officers et s~uchauss~es de rile Saint-Domingue et suivant les ordonnances et rdgiemens de notre royaume t a charge de se conformer A la coutume de Paris suivant laquelle les habitans pourront contracter, sans qu'ils puissent y Cn introduire d'autres, a peine de nullit6 des conventions contraires 'a ladite coutume; 'a condition que les appellations des sentences et jugemens rendus par les officers desdites s6nkchauss~es, seront port6es et relev~es an conseil sup~rieur de LMogane.
Enregistr6 an conseil de LMogane, le 18 mars 1722.
(1721, 15 d6cembre.)-LrTTzas rATENTYS, portant que les mineurs ayant des biens en France et dans les colonies auront des tuteurs dans lun et dans lautre pays; et qui interdit auxdits mineurs quoique mancip~s, la disposition de leurs nigres esclaves, jusqu'A ce qu'ils alent atteint I'Age de 25 ans.
Enregistr6 au conseil de LUogane, Ic 8 juillet I722, et 'a celui du Cap, le 5 octobre suivant.

..





4o
(1 a2, 5 jiillet.)-WDcLA aIoN da roi, qui remet en vigureur ecelles des 3i mai 1682 et 29 avril 1687, contre les individus qui ne gardent pas lear ban, ensemble celles des 25 septembre 1700 et 27 aouit 1701 contre les mendians et vagabonds, sans qu'il soit permits A l'avenir aux cours et juges du royaume, d'ordonner iue les contrevenans auxdites declarations, soient transports dans Jes colonies, r6voquant A cet Lard, les declarations des 8 jarvier et 12 mars 1719, qui laissaient cette faculty aux jages.
Enregistr au parliament de Paris, le 26 aotut 1722.
(3 juillet.) DCLAIATioN du roi, qui exempte les commis principaux et ordinaires des classes, 6crivains, garde-magasins, naitres d'ouvrages et autres entretenus pour le service dc la marine, de tutelle, curatelle et autres charges.
Enregisti6 an contr6e de la marine, A Saint-Domingue le 19 f6-,rier 1762.
(3 aofit.)-OwDaNNA~cE du roi, qui diminue le prix des monnaies 6trangeres, aux iles, et en regle le cours et la valour.
(11 novembre.)-Anuir du couseil de L6ogane en addition A celui do 1706, sur les fonctions et les 6molumens des ofticiers de justice, gardiens ktablis aux saisies, geoliers et autres personnes qui seront employees par la justice.
( 19 novembre. )-OaDoNNANcr des administrateurs de File Saint-Domingue, qui surseoit A l'ordonnance du roi du 3 aoft, dans les dispositions des articles 6, 7 et 8, jusqu'ai ce quo Sa Majest6 ait 6t6 inform6e du prejudice qu'elle cause an commerce et A Ia colonic.
Enregistr6e aux conseils do Logane et du Cap.
(15 dcembre.)-Oano~xAzc du roi, qui defend les jeux de hasard dans les colonies do l'Anirique, sous peine d'amende de 5oo fr. contre chacun des contrevenans et do plus forte, en cas de r6cidive.
Enregistr6e aux conseils.

..







(1?23, 1r mars.)-AnwT dn conscil de Logane, qui defend les actes et discours s6ditieux, sons pine de mort.
(5 juillet.) -AnRET du conscil du Cap sur un r~quisitoire du procurcur g6nral, on cinq articles, qui ordonne 'a l'6gard des lr ot 2e articles : i quo les negres supplicics A l'avenir, seront pays aux propri~taires, sur le pied de leur valour A bord des vaisseaux ngriers, lors de l'arrt rendu pour leur execution, par le receveur de deniers pour les supplicils, A r'exception des dfectueux et qui seraient prives d'un bras ou d'une jambe, etc ; le prix desquels sera r6glA pour lora par le conseil; et 2 que sur cc prix, tons les frais relatifs A l'ex6cution seront retenus; adopte le 4e article du r~quisitoire ; ordonno en consequence quo les marguilliers sronttenus enveis le receveur, du total de l'impositioii faite dans leurs paroisses pour les negres supplicis, A moins qu'ils no justifient des poursuites faites contre les insolvables; et qu'en consideration de leurs peines et sons pour la perception desdits droits, ils en seront exempts pendant l'ann6e de lour charge ;- Et pour cc qui regard les 30 et 5e articles, pour quo la levic des droits supplicis n'ait lieu que sur les ngres travaillans, le conseil n'a pas jug6 A propos de rien changer A ce qui s'est pratiqu6 jusqu'alors.
(17 aofIt.)-ORno NANcn des administrateurs, qui suspend l'ex&ution do l'arrt prc6dent, en ardonuant que conform~ment Sl'ancien r~glement du conseil du Cap, le prix do chaque negre supplici6, demeurera fix6 A 5oo fr.
(1724, 3 janvier.)- ARRET du conseil du Cap, portant qu'il persiv~re A surscoir A renregistrement de l'ordonnancc du -17 aott, et n6anmoins suspend l'exicution do l'arrot du 5 septembre prec6dent.
(172 3, 3 aoht.)- AnnrrET du conscil du Cap, portant que les cur6s et vicaires d6poseront les testamens et codicilles qu'ils recevront, chez un notaire du lieu, huitaine apres la mort des testateurs, A peiune do saisie do leur temporal, 'et leur enjoint de so

..





42
conformer exactement aux articles 8, 9, 1o et ix de I'art. 2o de l'ordonnance de 1667 pour le ddp6t des registres de baptames, marriages et s~pultures.
(.o aoht.)-OaooNAcE du roi, portant que le conscil sup6rieur qni tenait ses seances A Logane, r6sidera et si6gera am Pelit-Goave, conformiment aux lettres patentes de son 6tablissement, du mois d'aofit 1685, et ainsi qu'il s'est pratiqu6 pendant plusieurs ann6es.
(9 novembre.)- LE'rTEs PATENTES, portant tablissement des retigieux de I'ordre des frdres prcheurs, dans la partie du Sud de Pile Saint-Domingue, pour y avoir seuls les soins spirituals et y desservir les cures, suivant leurs constitutions et privilges, 1 1'exclusion de tous autres prdtres, missionnaires, reguliers, s~culiers, etc.
( i r novembre. ) -O IDONNANcE des administrateurs portant defenses aux babitans, de vendre aucune arme A feu et munition de guerre, aux strangers et gens non domicilis a peine de galeres.
(17-24, 4 janvier.)-7 OrDONNANCE du roi, portant que les minutes des notaires destitus par autorit6 de justice on autrement, ainsi que cells des notaires d6ced~s ou ayant donn6 leur d~mission, seront d~pos6es aux greffes es juridictions du ressort desdits notaires.
(aoLft.)-DIT de creation de deux s~n~chauss~es, l'une A SaintMifarc et I'autre A Saint-Jean-du-Trou, dans la colonie de SaintDomingue.
Enregistr6 aux conseils du Petit-Goave et du Cap.
(1726, 8 fvrier.)-DWcLARATIoN du roi, 6tablissant des peines contre les affranchis qui rec~leront des esclaves fugitifs, notamment celle de la servitude.
Et portant que, conformiment A 'art. 5,2 de 1' dit du mois de mars 1724, les esclaves affranchis on nbgres libres, leurs enfans et descendans, sont incapables i l'avenir, de recevoir des

..





43
blancs aucune donation entre v'if on a cause de mort ou autrement, nonohstant I'&dit du mois de mars 1685 (Code-Noir), auquel il est d~rog" en cela ,eulement, A peine de nullit6 des dispositions qui profiteront a l'hospice le plus voisin etc.
(1727, 21 janier.)- ARraET de riglement du conseil du PetitGoave, qui determine le mode deperception et administration deb deniers curiaux, regle les droits des curds et des fabriques, le mode d'Election des marguilliers, leurs fonctions, etc.
(12 uillet.) ARRET de r6glement du con seil du Petit-Goave, qui rappelle les notaires A l'ohseivation de routes les formes prescrites pour ]a ridaction des acts par les ordonnances, arrdts du roi, et leur trace diverses regles suivre dans l'exercice de leurs charges.
(1728, 11 janvier.) -ARnET du r~glcment du conseil du Petit-Goave, portant qu'il ne sera fait A l'avenir A la barre des juges di ressort, aucunes adjudications d'immeubles qui n'exc"derout pas la valeur de 6,ooo fr., suivant l'estimation qui en aura &6 faite pr~alablement.
(13 janvier.) AntET du conseil du Petit-Goave qui ordonune une levee de 45 sols par tate de negres travaillans, pour les droits supplies. *
(8 avril.) ASRET du conseil du Cap, qui ordonne qu', computer du 1er janvier precedent, il sera lev6 io sols par tate de nfgres, grands, petits, infirmes, sur-Ag6s, pour Ies'droits sup, plici6s.
( i73o, 12 mai.) A E T du conseil du Petit-Goave, portant defenses A tous juges, d'ordonner la vente des immeubles des mineurs, avant discussion pr~alable des meubles.
(20 mai.) Annf du conseil d'etat, qui, cn cassant un arret du conseil sup~rieur duCap, dii 4 juillet 1729, portant quc les

Cette tame portait le nom de Capitation des Esclaves.
Note des iditeurs,

..






44
deniers provenant d'une vente faite par une femme, des conquets de la prernire communaut6, seraient employs A l'acquisition d'autres biens-fonds dans la colonies, l'autorise A faire remploi dans le royaume on dans la colonic A son choix. +
( a 173, f6vrier. ) 01Dn, N',AC da roi, pour fixer la jurisprudence sur la nature, Ia forme, les charges et les conditions des donations.
Enregistr6ce an parlement de Paris, le 9 mars suivant."
(3 juillet.) OCunt du roi ar conseil du Cap, qui enjoint a cette cour d'aller an Petit-Goave, dans ]a persossne du doyen et d'un autre conseiller, pour y faire des excuses A TH. le chevalier de La Rochalard, gouverneur g6n6ral, sur cc qui s'est passed les 2 janvier et 15 fvier pr6cddens, touchant un receveur de l'octroi. ***
(N ovembre.) L.TTaRS-PATENTES d'talissement des religicuses de Notre-Dame, an Cap-hrauqais, pour education des ieunes files de ]a colonies.
Enregistr6es an conseil du Cap.

Cet arrt et tine foule d'autres, sur diverses iati&es, qui ne peuvent trouver place dans ce Recueil analytique, attestent que le conseild'Etat dtait, relativement aux conseils supdrieurs des colonies ce qu'est de nos jours la cour de Cassation l'dgard des autrestribunaux du royatmae.
Vo3ez d'ailleurs le rdglement du roi du a8juin 1738.
Note des ditezrs.
Cette ordonnance quoique non enregistrde a St.-Domingue, y tait cependant exdcutee. Note de 2M. Moreau de St.-M1iry.
*** Le conseil avait, par arrdt du 2 janvier, continue pour un an, it un receveur de Poctroi, I'emploi qu'il exercait depuis 5 anndes. Le 27 dumdme toois, Al. le gouverneur gdndral avait reprdsentd au conseil, que cette mesure dtait contraire it un rdglement du roi portant, qu' compter du e1 janvier 1726, les receivers de l'octroi no resteraient que 5 atns en fonctions ; ajoutant que le fonctionnaire dont it dtait question, avait vainement sollicitd pros de lui, cette continuation de son employ. Le conseil avait pris le 15 janvier, une deliberatioo, en forme d'arrdt, par laquelle il rdpondait

..





-45
(1732, 4 mars. ) -'AnRPT du conseil du Cap, qui, attend le difaut d'avocats, dispense de ]a fornialit prescrite par 'ordonnance, de produire une consultation pour se pourvoir par requte civile.

(1733, 22 septembre. ) D CLARATIOs du roi, coneernant les billets on promesses causes pour valeur en argent, et prescri-vant, A pine de nullitY, l'approbation en toutes lettres, de ]a somme porter an billet,,s'il n'est 6crit de la main de cclui qui Paura signed, a moans ii'il ue soit banqiter, nugociant, marchand, manufactarier, artisan, fermier, laboureur, etc., et d'autres de pareillc quality.
Enregistr6 au parlement de Paris, le i oj anvier 1734.
(1735, 7 juillet. ) Artr du conseil du Cap, qui juge que les cr6anciers de la colonies doivent tre prfrs A ceux de France; sur les biens sits daus la colonic, m6me quand il s'agit de la veuve du dbiteur dont le marriage a t6 contract enFrance.
(1736, 5 juiu.) ARRIT du conseil du Cap, qui admet la concurrence entre les juges des sitges et les notaires, pour les inventaires et partages, an choix des parties.

an gouverneur pour protester de son respect pour les volontes du roi, et justifier sa decision sous le double rapport de la former et du fond; refusant an surplus de la ritracter.
Un. ordre do roi, do 3 juillet 1731 ftait intervene pour faire biffer les deux arrtts du conseil, et on a vu que la cour de laquelle its 6manaient, avait iti rdduite i s'en excuser humblement pros diu gouvorueur en vertu d'un autre ordre du roi, is la meme date que l prdcddnt.
On pent juger par Uh, que la magistrature francaise ne possidait point encore, surtout dais les colonies, cette ind/pondance si nicssaire pour la distribution dela justice, qui lui appartient aujourd'hui, d'aprs nosinstitutions. Note des e'diteurs.

Cette declaration etait adopted dans les tribunaux de Saint-Dosingue, quoiqu'ee n'y et point /t5 onregistre.
Note de Al. Jloreau de Saint-firy.

..





46
(1 5 juin. ) ORDONNANcr du roi, concernant 'affranchissement des esclaves, et portant qu'en consequence de celle du 24 octObTC 1713, qui conlinuera d'6tre cx6cut~e, aucunes personncs, de qnelque quality ct condition qu'ellcs soient, ne pourront affranchir leurs csclaves, sans la permission 6crite du gouverneur g6n6ral et de 'intendant, 'a peine de nullit6 des affranchissemens, d'une amende contre les maitres, an moins gale A ]a valeur des esclaves qui, en outre, seront vendus an profit de S. M.
Cette ordonnance contient en outre, defenses tons pretres et religieux desservant les cures, de baptiser come libres aucuns enfans, A moils que l'affranchisseinent des 3nmres ne leur soit justifi6 auparavant par des actes de liberty, revdtus de la permission par 6crit des gouveineurs et intendans, etc. desquels actes As scront tenus de fair mention sur les registres des baptdmes; Youlant que les enfans qui seront baptisms comme libres, quoique leurs mres soicnt.esclaves, soient toujours r~put~s esclaves, et vendus an profit de S. M.: qu'enfin, leurs maitres qui en seraient ainsi priv~s, soient en outre passibles d'une amende, qui ne pourra 6tre inf6rieure 'a la "valour desdits esclaves.
Enregistr6 an conseil du Petit-Goave, le 7 janvier 1737; et celui dui Cap, le i mars suivant.
(3o juin. ) ORDONNANcE du juge de police du Cap, qui, centre antres choses, defend de tenir les boutiques et cabarets ouverts, les dirnaniehes pendant I'oflic A peine de 3o ft. d'amende.
(1737, 12 janvier.) AnR r du conseil du Petit-Goave, rendu sur la requte du pr~fet apostolique, sup~ricar general des missions de l'Ordre des Freres precheurs 6tablis dans l'ile, qui, en prescrivant l'cxcution d'un arrdt pr6cfdent, en forme de r~glement d" 7 janvier 1727, ordonne qu'aucun enfant nouveaun6 no sera ondoy6 dans ]a maison, que dans le cas d'une nfcessit6 pressante dont les peres de famille seiont tenus d'avertir

..






47
les cures, afin que ceux-ci ecrivent sur leurs registres, le jour de ]a naissanec ie l'enfant, celui auquel il aura t6 oudoy6 par qui, ct les raisons pour lesquclles i1 I'aura t6 ; qu'aussitt qu l'cnfant sera en 6tat d'6tre pr6sent6 A l'6glise, ou au plus tard dans les quarante jours de sa naissance, l'enfant ondoy6 oi non, sera conduit A l'6glise pour y recevoir le baptdme ; fait defenses At qui que cc soit, de preseuter les enfans an baptkme, dans d'autres paroisses que celles oh ils seront n6s, sans ]a permission du cur6 on pr6fet apostolique etc. *
( 1o jUin.) MELMOIRE du roi, au gouverneur gfn~ral et A 1'intendant de rile, par lcquel S. M. leur recommande de laisser un libre cours A la justice, et en particulier an premier (le marquis de Larnage), de ne s'en in.ler que de gr6 t gr6, et pour faire donner main-forte lorsqu'iI en sera requis; voulant S. M. que les officers de justice qu'Clle a tablis dans la colonie, soient maintenus dans las fonctions de feur charge, sans qu'ils puissent'y 6tre troubles, etc.
( Juillet. ) ORDoN Ncr du roi, concernant lefaux principal et le faux incident, et ]a reconnaissance des critures et signatures en matiere crimninelle.
Enregistr6e an parlemuent de Paris, le i duLcembre. *
(1738, 21 janvier. )- Arniir du conseil du Pctit-Goave, qui, conformument an vu du gouverneur, et pour Ic bien


*Cette decision et be~iucoup d'autres semblables, rapprecijes d'une foule d'actes dman's du gonveineur et de l'intendant de la colonie, indiquent qu'il y avait un empictement continuel du pouvoir judiciaire stir l'autorit6 administrative (dans les attributions dc celle-ci entrant la surveillance de l'exercice du culto) et rdciproquement. Le mdmoire du roi, du ao juin en offre une preuve 4clatante.
Note des iditeurs.
Le's dispiositions de cette ordonnance non enregistrde A St.-Domingue, y 4taient cependant adopttdes.
Note de ]. Moreau de St.-Miry.

..






48
du roi, ordonne que les s ances de la cour, scront d6sormais transferees et tenues an palais de la rifle de Ldogane, jussu'A nouvel ordre de S. M.
(7 f~vrier.) ARr,,T en r'glement du conseil du Cap, quij en prescrivant I'ex~cution des anciens r~gle.mens, notamment de l'dit de juillet 1682, fait d6fenses aux cbirurgiens apothicaires et droguistes, de confer, ni laisser confier aux nigres leurs csclaves, des poisons, drogues et compositions, sous pr~textc qu'ils travaillent en chirurgie par leur ordre et sous leur conduite, ni pour telle autre cause que cc puisse 6tre, A peine de r~pondre des 6v~nemens et de punition corporelle, et auxdits ngres de garder ni fire usage desdits poisons, drogues et compositions, sous tel pr~texte que cc soit, pas mdme de l'ordre de lcurs maitres, sons peine de mort, etc.
(20 mai.) JUGEMTEIT rendu par le gouverneur g~nfral,
comme juge du point d'honneur, et qui condamne un habitant du quartier de L6ogane, apres enqute et confrontation intervenues, sur la plainte du colonel du regiment des milices du mdme quartier, a deux ans de prison, et A demander prtalablement pardon an colonel, devant tel nombre de personnes que eelui-ci jugera A propos de r6unir, en djelarant ei genoux, que mal-(!propos, sans sujet. il l'a offensd de paroles outrageantes, et mne par des menaces; ql'il reconnait ses paroles fausses, et lai demande pardon du tout.
(3o mai.) OnRp ONANcE des administrateurs de 1'ile, qui, sur ]a representation, faite par M. Asselin d6put6 du conseil sup6ricur du Cap, que les ncgres supplici~s dans le ressort dudit conseil, n'6taient pays qu'A raison de 5oo francs, cc qui 6tant une vacette juridiction particuilicrc dIu gouvcrneur etait fondue sur un 4dit du roi de 1723; du moins c'est cc qui rdsulte de F'ensemble dujuge-mont ci-dessus.
Note des Iditeurs.

..






49
leur trop nodique, causait solvent l'impunit6 des crimes, et dftournait les maitres de liver A la justice, leurs negres coupables; decide qu'A 'avenir, les negres supplici~s scront pays sur le pied de floo francs, et que I'arret de mort prononc6 contre lesdits ncgres, ordonnera aussi le remboursement dii prix d'iceux, aux propriitaires, par le receveur des deniers publics, etc.
Enrcgistr6 an couseil du Cap, le 7 octobre.
(i i juin. )*- LETTRE de M. le come de Maurepas, ministre ayant le dpartement de la marine, an gouverneur-general et a l'intendant des ies frangqises en Amtrique, relativement A des d6mA1~s entre la compagnie des dragons du Cap, et le cur6 de cc lieu, qui avait refuse de donner s~pulture an corps du sicur Olivier *, par laquelle Ic ministre, en approuvant au nom du roi, les observations du gouverneur aux jesuites en cette occasion, 'ajoute : ce doit e'tre an gouverneur gnral et A l'intendant, A connaitre des affaires eccl6siastiques oh il s'agit du delit commun; et lorsqu'il est qdestion dun cas privilbgiA, ils doivent faire passer en France, les religieux qui y sont impliqu6s, de concert avec le suprieur de rordre. I1 faut toujours 6viter l'*clat dans des affaires de celte nature, dont la religion ne soufre ordinairenent que trop, avec quelque prudence qu'on puisse les trailer 4t (28 juin. ) RiGLEMENT du roi concernant les procedures a suivre en son conseil. *

I1 est probable que le,dfunt avait faith partie de cette compagnie.
Note des dditeurs.
L'affaire dont s'agit, avait td portee en justice rtglte, sans que le commandant en chef se ffit appliqud A la terminer directernent.
Note des Sditeurs.
Ce rJglement content plus eurs dispositions particuli res anx colonies, et ale mdme rapport avec dies qu'ai ec les autires parties du royaume, relativernent aux demandes ea cassation.
Note de A!. Moreau de St.-Mray.

..





50
( -4 juillet.) ORDONNANcE des adiministrateurs, qui, en consideration de 'accroissement de la colonic et de la multitude des affaires qui y naissent journellement, crie en vertu du pouvoir A eux donn6 par Sa Majest6, dans los deux conseils du Cap et du petit Goave, et les sieges do leurs ressorts, uu nombre de procureurs qui scront pourvus de commission des administrateurs, et se couforinronl pour leurs vacations, au tarif qtu sera dress A cet effet, par les officiers des conseils superieurs, etc.
Enregistr6 aux deux conseils, les 18 juillet et 1o dcembre.
( 5 juillt. ). AFLRfT du couseil d'Etat, portant qu'A d6faut de blanks, les esclaves seront regns eon t~moignage, hormis contre leurs maitres; a6rogeant en ce point, A l'article 3o de l'ordonnance du mois de mars .685.
Enregistr6 aux deux conseils.
17 juiflet. ) AnuT de r~glement des deux conseils, contenant quelques dispositions pour la bonne administration de la justice, et un nouvean tarif des droits, salaires et 'vacations des officiers de justice, plus 6lov6 que celui de i7o6, et plus en rapport avec l'6poque presente.
(18 juillet.) ARRtr du conseil do L Ugane contre des aucurs et complies d'assassinat et d'empoisonnement d'adultore, etc.
Cet arr t continent en outre un r~glement sur la vented des poisons, qui tend A d6fendre aux chirurgiens, apothicaires el autres personnes munies do drogues dont on peut abuser pour la destruction du coips humain, d'en vendre et dist'rbUer 'a d'autres qu'A des pe? g6rius domicililes ct notoirement connucs, A l'effet
--de quoi, ils tieiadront 'n registre parapli6 par les juges des lieux, ou ils inscrirfint ki ventes et front signer la declaration par les achleteurs, ie 'tonit A peine de 'i,ooo .francs d'amende et de plus grande, s'it r aIiei.
3 septembre, 1739, 4 juin.) ARRET du conseil du Cap,
qui., sur la representation du procurer-g~n~ral, qu'il y a plu-

..





51sicurs dits, dclarations ct ordonnances du roi, arrets de r6glement de ce conscil, dont la m6moire ne rappelle pas les dispositions auxquelles on est 'oblig de se conformer, dans les diff6rentes affaires juger, et qp'il conviendrait, pour reviter de tomber dans des contradictions, d'en avoir un recueil :
Ordonne qu'il sera fait un recueil des dits et declarations du roi, ordonnances de MM. les gouverncurs-g~nraux ct intesdars, et arr~ts de r6gleinens des couseils, par les soins do greffier en chef, etc. *
( 1738, 7 octolre.) AnSrET du conseil du Cap, faisant d6fenses aux negres asclaves, de porter aucunes armes, sous les peines conteuues aux ordonances, etc.
( 5 et so novembre. ) ARRET des deux conseils du petit Goave s~ant A Uogane et dui Cap-Frangais, assembles pour cet effet, celui du Cap repr~senLt par un commissairc spL6cial, contenant diverses r gles pour les procurers de leurs ressorts, dans l'exercice de leurs fonctions, et un tarif des droits de ceux-ci, dans les diffrentes procedures, suivre.
.Enregistr6 an conscil du Cap, le premier d~cembre.
( 15 dcembre. ) -D IciARrION du roi, relative aux negres esclaves des colonies,amen6s en France.
L'article ior dispose que les habitats et les officiers des colonies, qui voudiront emmener on envoyer en France, des csclaves negres, ,de 'un oo de l'autre sexe, pour les fortifier davantage dans la ;religion, etpour leur faire apprendre, en mn1ne temps, quelque.
-metier utile pour les colonies seront tenus d'en obtenir la per-, mission de. gouverneurs gencraux.on commandans daus chaquce

Eln eICcution de cet arrdtu n recueil formatin-folio fut conlposdi it comprenaitles ordonnances, rtglemens et arrdts, concernant les iles franycaises de l'Amrrique depuis le a5 octobre 1684 jasqu'au 7 octabre 1738, avec une table des rnati res.jIl fot fait en mdme temps j un abrtg desdites lois, pour chacun des membres de la cour.
Note des dteur.

..







He ; ics maltres et les conducteurs 'des esclaves s ronf tetm de fair cnregistrer cette permission an greffe de la juridiction de I'amiraut6 de leur rtsidenee, avant leur depart, et en celni de
1'amiraut6 du lieu de leur di-barquecnent, dans ]a huitairne.
IL'article 4e porte : Les esclaves negres, de l'un oty de l'autre
sexe qui seront conduits en France par lears malfres on qui y seront par eux envoy&, nc pourront pr~tendre avoir acquis leur liberty, sous pr~texte de leur arriv6e dans le royanine, et seront tenus de retourner dans les colonies, quand leurs maitres le jugerout A propos : mais faute, par Ies inaitres, d'observer les forma]it~s prescrites par les pr~cdens articles ,'lesdits eselaves spront confisqus 'a notre profit pour &tre renvoys dans les colonies
et y tre employs aux travaux ordonnes par nous ( le roi.)
Les habitans de nos colonies, qui Youdront s'61ablir dans notre
royaume, dit l'art. 7 ne pourront y garder dans leurs maisons, aucuns esclaves de l'un on de l'autre sexe, quand bien mem'e ils: n'auraient pas vendu leurs habitations, a peine de confiscation desdits esclaves ; As pourrout neanmoins ajoute l'article, faire passer en France quelques-uns des negres attaches a leurs habitations dans Ics colonies, pour leur faire apprendre quelque mier utile qu'ils retourneront exercer dans les colonies; et, dans cc cas, les maitres se conformeront A cc qui est prescrit pr6c.demment, etc.
Suivant 1'art. 1O, les ngres esclaves emmen~s on envoyes en FTrance, ne pourront s'y marier, mdme du consentemcnt de leurs maitres, nonobstant Ies dispositions de l'article 7 de l'dit d'oct~bre 1716, auquel il est d~rog6 en cc point.
L'article 11 vent que dans aucun cas, ni sous quelque prtexte qne cc soit, les maitres qui auront emmen6 en France des
* eso.aves de l'un ou de l'autre sexe, ne puissent les y affranchir antrement quc par testament; et que les affranchissemens ainsi faits, n'aient lieu qu'autant que le testateur d6cdera avant 'expOration des d6lais dans lesquels les esclaves emmen6s en France,

..






53
doivent tre renvo -s'dans les colonies. (Trois ans, a computer du iour de leur d6barquement en France, aux terms de l'article 6.
Enregistre aux deux conseils, les 2 mai et 1ir aott 1740.
(1739, 17 janvier et 6 aoat. ) REoLrmENs s6par6s des deux conseils, pour 'itablissement d'une mar~chauss6e dans leurs ressorts respectifs.
(ocr aot.) PRamoiar commrssIoN de substitut du procureur-genral, an conseil sup~ieur du Cap, conf6re par le gonverneur g~n6ral et l'intendant de la colonic.
Enregistr6e an conseil du Cap, le 3 octobre.
(14 aoft.) PREMTI RL commissioN d'inspecteur de police de la ville du Cap, conf&re par les mmes administrators.
Enregistre le 9 novembre.
(174o, 6 juillet.) ARIUnT du parlement dc Paris portant que les personnes domicili6es aux miles et colonies franqaises, sont valablement assignees an domicile de A1. le procureur-g~n&al, et que le d6lai de l'tssignation, est de deux moms.
( 12 septembre, 1741, 6 mai.) ArIUATS en r~glement do
conseil du Cap, pour la police et administration des prisons, avec tarif des droits du ge6lier.
(1c octobre.) DiCLARATION du roi, qui confirmed Ics Ventes et changes des biens de miners, les partages et arrangemens de famille faits entre eux et leurs tuteurs, A Saint-Domingue, avant l'enregistrement de cette declaration, encore que les formalit~s prescrites par la costume de Paris et par les ordonnances des rois, n'aient pas t6 observes, saris pr6iudicier nanmoins A Inaction en rescision pour cause de l6sion do chef des miners, laqilelle ne pourra 6tre estim6e qu'eu 6gard A la valour des biens, an temps de la vented, et non sur le pied de l'augmentation des Liens de semblable nature et quality.
L'article 3 preserit, pour l'avenir, l'observation des formalit6s voulues par les ordonnances et usages du royaunme, eu matiere

..








d'adjudication voloitaire ou force des biens des -mineurs, a peine de nullit .
La mnidc delaration porte que les mineurs jouiront, dans la colonic de Saint-Domingue, de tous les droits, privilges ct pr6rogatives qui leur south accords dans les autres parties du royaumnc dc France.
Euregistrfe au conseil du Cap, le 6 mars 1742; et A celui de LMogane le 7( 1742, ao~tt.) LrTTIES-PATENTES en forme d' dit, portant institution des assesseurs aux conscils suprieurs des colonies.
Les gouverneurs g~unraux, lieutenans-g~n~raux et intendans des colonies, sont autoris~s A nommer ces officiers, sans qu'il puisse y en avoir plus de quatre, dans chacun des deux conseils. Leur commission ne doit avoir d'effet que pour trois ans, mais pent 6tre renouvele : its n'ont voix d~lib~rative que dans le jugement des affaires dont its sont rapporteurs, 'a moins que dans les autres affaires, ii ne se trouvat pas in nombre suffisant de juges, auquel cas ils sont admis A opiner, de meme qu'cn cas de partage d'opinions entre les autres juges.
Enregistr~es au conseil de LUogane, le 24 janyier 1744; et Ai cehni du Cap, le 2 mars suivant.
( ii novenibre. ) Anaf T du conseil de LUogane, qui enjoint aux ijres de fainille, de faire baptiser leurs enfans, an plus tard dans les quarante ours de leur naissance, An peine de 5oo fr. d'amende par chaque enfant, pour le paienient de laquelle Ic contrevenant sera contraignable, meme par corps, A ]a diligence des marguilliers en charge : etc.
(1743, Ier f~vrier.) Di'.CLARATION dn roi, coneernant 1a inani. re d'6li e des tuteurs pt curateurs aux mineurs qui ont des biers situis en Fiance et clans les colonies.
Suivant P'article 1cr, lorsque les inineurs nauront plus ni pere Sniwere, et qu'ils poss6deront des bliens sits en Prance, et d'autres situs dans les colonies frauqaises', it doit leur 6tre nom-

..






55
m des tuteurs ou curateurs daus r'un et l'autre pays, par les juges du royaume et de la colonic, assists des parents et amis des mineurs. Chaque tuteur aura une administration s~par6c des bicns du pupille, dans le lieu oh il aura t6 Au, sans 8tre rcsponsable de la gestion de l'autrc ttteur, et no sera tenu do rendre compte que devant les juges qui 1auront nomm.
Les pere et mere Vivans pourront tie choisis comme tuteurs on curateurs dc leurs enfans, auquel cas Us auront 1'administration g6nhalc de tons leurs biens, qucllc quo soit lour situation, (Art, 2. )
Si le pere on la mire A qui la tutelle g~nralk aura 6t d~f~ree, dit article 5, viennent A passer a do sceondes noces, ils pourrout 6tre remplacs, si les parents on amis des miners en sont d'avis, par le juge du domicile qui avait accord ]a tutelle g~n4rule ; et dans cc cas, il sera proc6dU A l'Alection de deux tuteurs, 1'un en France, et l'autre dans les colonies.
L'article 8 reglc que l'ducation des cnfans mineurs appartiendra au pere, en quclque pays quo les enfans soient 6levs, A moins que, pour do grandes considerations, le juge do son domicile n'cu ait autrement otdonin6. Lorsque la mrc aura survcu, si die est nomm~c tutrice, 1'6ducatiou do ses enfans lui appartiendra 6galeucnt; elle pourra, danus le cas contraire, eu 6tre charge par le juge, de I'avis des parens on amis des mineurs.
En cas do pr~d~c~s do leurs pfiro et mre, 1'&ducation des mineurs sera confic'e aux tuteurs. ( Art. 9.)
Aux termes de l'article i i, les mineurs, quoique 6mancip~s, no peuvent disposer des nrgres qii serpent A exploiter leuri ha~itations dans les colonies, jusqu'A cc qu'ils aient atteint I"5ge
25 ans accomplis, sans neanmoins que lesdits negres eessent d'itre r~put~s metbles par rapport A tons autres effets.
Les minours, qi, n'ayant plus do pire, voudront contractor marriage en France on dans les colonies fran~aises, devront otenir le consentemeut do leurs tuteurs on curateurs, qui ne sera

..







accord que de I'avis des parents et anisassembles devaut le juge-, atiquel it sera libre, mais pour de grades considerations seulement, d'orlouner que l'autre tuteur ct Ic conseil de famille qui a concouru son Mlectiou, seront consults, pour tre ensuite status ce qu'il appartieudra, sur le mariage propose par les mineurs. (Article 12.)
Enin, irs articles 13 et 14 portent, qu'il n'cst point drog par cette declaration, aux dispositions des lois romaines, sur ]a puissance paternelle, Ia dation et Ia privation des tutelles, l'Age auquel elles doivent finir dans les provinces et lieux du royaumey qui se r~gissent par le droit 6crit, et ce ? l'gard des bins situ6s en France, ou des effets dont le recouvreinent y doit 6tre fait; non plus qu'aux dispositions de la coutume de Bretagne ou autres, sur les momes matires, en ce qui concerne la province de cc nom, oni elles continueront d'6tre suivies, de mme que I'dit de dcembre 1732.
Enregistr~e au conseil duCap, le 2 juillet 1744; et A celui de LUogane, le 1o juillet.
(31 juillet.)- neGLE xNT du roi, qui, snr le vu des deux reglemens de janvier et aoht 1739, pris par les conseils sup6ricurs du Cap et de Logane, consid6rant, d'un c6t que lesdits couscils n'ont pas un pouvoir suffisant pour des r6gleniens de cette espice ; ct d'un autre, qu'ils y ont ins&r6 des dispositions ,qui ne peuvent 6trc maintenues, en'sorte qu'iI est ncessaire que .'4 Ml'Iajestei explique elle-mme ses intentions, stir 'ctablissexnent, le traitement et le service des mar~chauss~es; oRnoNN.E ,qti'il sera 6tabli, si fait ni'a k6, une mar~chauss~e dans chacun ties conseils suprieurs de Logane et dn Cap, laquelle sera composse de pr~vcts, brigadiers et archers, qui seront distribus dans les diff~reus quartiers desdits ressorts.
Les pr v6ts ct excmpts seront commissions par le gouverneur g6ural, et devront se faire recevoir aux conscils sup6rieurs o iis prteront serinent, information pr~alablement faite de leurs

..







bonne vie ct mmurs, religion catholique, apostolique et romaine. ( Article 3. )
Les brigadiers et archers scront nomm6s par les officers majors, commandant dans les quartiers; ot repus par les juges de leu r d6partement, aprbs l'information et le serment prescrits par V'article precedent.
Enregistr6 au conseil de Uogane, le 24 janvier t744, et A celui du Cap, le 2 mars. *
( 1 octobre.) ORDOJNA. Nc des administrateurs de ia colonie, touchant le baptdme des enfans, et contenant des dispositions analogues A celles de l'arret du conseil de Logane da x4 novembre 1742, pr~cdemment rapport.
Enregistr~e aux deux conseils.
(2o octobre. ) ARsdT du conseil d'tat, qui annule celui du conseil sup6rieur du Cap, an sujet des examens a subir devant lui, par les conseillers on assesseurs de cette cour, et officiers des juridictions de son ressort, nouvellement pourvus de ces charges de judicature ; sur le motif que le conseil suprieur n'est pas competent pour faire un r6glement semblable.
L'arrt fait, au surplus, defenses audit conseil, de s'immiscer dans ]a connaissance des niatieres qui ne sont pas de sa comp6tence, et ordonne que tous arr~ts ct reglemens qui pourrouit y 6tre rendus, autres que pour le jugement des procms qui y seront pendans ne scront susceptibles d'ex6cution qu'apres avoir k6 approuv~s de Sa MajestJ, sur le compile qui lui en sera rendu.
Enregistr6 an conseil du Cap, le 2 mars 1744.
(2 5 novembre. ) DACLARATION du roi, concernant les
*Les autres dispositions de cc reglement, la plupart empruntdes des d4librations des conseils de LUogane et du Cap dont il a t parld, sont relatives aux appointemens et salaires dc la markchaussde ason service et a sa discipline.
Note des E~diteurs,

..





58
ordres religieux et gens de main-morte 6tablis aux colonies franraises de 'Am6rique.
L'tat actuel'de nos colonies exige de nous, est-il dit au pr6ambule, des dispositions encore plus 6tendues sur cette matire ; (des lettres-patentes d'aott 1721 avaient djA subordonn6 la faculty d'acqu6rir, des ordres religieux, A la permission expresse dn roi. ) Quelque faveur que puissent writer des 6tablissemens fond6s sur des motifs de religion et de cbarit6, il est temps que nous prenions des precautions efficaces pour empelher qu'il ne puisse non-seulement s'y en former de nouveaux sans notre permission, mais encore pour que ceux qui y sont autoriscs, ne multiplient pas des acquisitions qui mettent hors da commerce, une parties considerable des fonds et domaines de nos colonies, et ne peuvent Otre regards que comme contraires au bien commun de la soci6t1; c'est A quoi nous avons r6solu de pourvoir par ne loi precise, en rservant nanimoins *aux communaut6s et gens de main-morte, djA 6tablis dons nos colonies, la faculty d'acqu6rir des rentes constituties d'une certaine nature, dont la jouissance leur sera souvent 'plus avantageuse, et toujours plus convenable a l'int&t public, pie cellos des domaines qu'ils urraicut ajouter A leurs possessions. A ces causes, etc. *
,6 aohtt.)- DLCLARATION du roi, portant que tons les im* Toutefois ii ne raut pas conclnre des expressions de cette declarations, que les ordres religieux des colonies fissent incapables de possdder des bins autres que des rentes constitvues ; seulement its ne pouvaient en acqudrir d'une autre espce, soit i titre gratuit soit i titre oncreux, qu'en vertu d'une permission expressed portie par lettres patentes enregistrdes aux conseils supirieurs, pour les biens situcs aux colonies, et aux parlemens, pour les biens sits dans le royaume.
Les borne dans lesquelles doit se renfermer notre outrage, ue nous permettaieut pas de rappeler ici les dispositions de cette declarations remarquable, mais en exposant les motifs qui lont dictte, nous avons faith connaltre suffisamment son esprit.
Note des Editeurs.

..






59
ineubles situfs dans les Res sous le vent et ahines avant sa puiblication ne sont pas suiets ai retrait lignager, quoique los contrats acquisition n'aientpoint &6 publis id insinufs, conformtment 2t 'article 132 de ]a coutumc dc Paris auquel i est deroge en cC point seulecient, pourvu toutefois qu'il n'y ait pas mauvaise foi de la part des acqufreurs, et qu'ils se soient publiquement mnis Cn possession des terres par eux acquises, do sore que les lignagers n'en aient pu ignorer la vente, par le fait desdits acquereurs.
La nmenc declaration prescrit an surplus pour l'avenir, et a compter du jour de l'enregistrement de ladite declaration, dans les conseils sup~rieurs des miles sous le vent, l'observation de l'article 132 de ]a couture de Paris, auxdites miles.
(4 novemnbre.) ORONNAIci du roi, qui defend les jeux de hiasard, aux colonies.
(1746, 7 septembre.) ARRPT dl conseil du Cap, qui condamne un boulanger de la mimc ville A tre admonest6 et en 5o livres d'amende envers la Providence pour avoir commis des exces et violences covers ses ngres ; a-ec defense de rcidiver, sous peine de punition corporelle, et injonction de traitor humainemeit ses deux esclaves qui lui sont iemis.
(19 ilovcmbre.) -AE'T du conseil d'6tat, qui dfifend d'informer d'aucuns crimes prescrits par laps de temps.
Enregistr6 au conseil dn Cap, le 4 novembre 174s8.
(9 dfcembre.) ORDRE du roi, aux conseils suprieurs du Cap ct de Logane afin qu'ils ne procbdent Ak 1'enregistrement des titles de noblesse qi lear seraient pr~sent~s par des personnes qui les r~clameraient, pour jouir des privileges de la noblesse dans la colonic, sans une permission expresse de sa MajestL
Enregistr aux deux conseils les 4 et 8 novembre J7'18.
(3o d~embre.) DiCLARA'loN du roi, concernant la punition .des crimes qui se commettent par les v6nufices ct poisons.

..






-6
Enregistr~e aux deux conseils lea 16 septembre et 4 novembre 1748.
(1747, aoat.) 0nDoSNNANC du roi, concernant les substitutions.
Enregistr6e au Parlement de Paris le 27 mars 1748.
(175o, 15 mars.)- RnrLEMFnT des administrateurs de la colonic, touchant les poids et measures.
EnregistrAi aux deux conseils.
(1752, 17 janvier.)-AAnR'r de reglement du consoil du Portau-Prince, portant, que les prtres desservant les paroisses du resort, soront astreints 'a tenir, d'une maniere r6gulilere, deux registres des bapt6mes marriages et s6pultures, et devront, au commencement do chaque ann6e, remettie un des deux registres, aux greffes des juridictions.
La pension des desservans leur sera refuse taut qu'ils ne justifioront pas de cette remise (art. 4).
(1753, 18 mai.) ARRhT du consoil d'6tat, qui charge le conseil du Port-au-Prince, de la revision d'un proecs criminel jug6 par cclui du Cap, mtme de prononcer un nouveau jugement, s'il y a lieu.
(r1757, 14 juin.)-Aannrr du conseil du Cap qui ordonne que, par les soins du greller, les 6dits, ordonnances, declarations, arr6ts et r6glemens depuis Ic 7 octobre 1738 iusqu'au 04
juin 1757, jour de l'arrdt, seront transcrits sur un registry particulier, lequel sera d6pos6 en la bibliothbque de la Cour, pour son usage. **
(1761, 8 f6vrier.) --ARnRT du conseil d'6tat, qui 6tablit une Plusieurs de ses dispositions soot puis6es dans 1'ddit de juillet 1682 et out dt6 insdrdes dans cette dclaration sans subir aucun changement.
Note des dditeurs.
** Les dispositions de cette ordonnance non enregistrek Saint-Dorningue, y 6taient cependant adopt6es k certains egards.
Note de A1. 1oreau de Saint-Mry.
Nousavons mentionndprdcdemment un arrt dumime conseil, por1*

..






commission prise parmi ses membres l'effet d'examiner et dscuter toutes les matires contentieuses provenant des colonies et de nature a ctre portees au conseil, pour, sur le vu des requteg et pieces des parties ensemble les conclusions du procurcura g6ndral en ladite commission, celle-ci doner son avis A Sa AlajesM qui statnera cc que de droit.
(!26 fivrier.) Antv en reglement du conseil du Cap, portant tablissement des huissiers du Cap, en bourse commune.
(s o avril.)- ARRtT du conseil du Port-au-Prince, portant d6lenses A tois pretres antres que les cur6s des paroisses, dont les lettres scront enregistr6es aux greffes des juridictions, de plus A'avenir recevoir aucuns testamens ou dispositions 4e derniere "volont6.
(9 novembre,)- Annkv en r~glement du conscil du Port-auPrince portant tarifdes honoraires des m~decus ct chirurgilens,
(19 d6cembre.)--ARn iT du conseil d' tat cr6ant une commission d# conseillers et de maitres des requites, pour Pexamen des m6moires, pikes et projets relatifs aux r~glemens propres 'a re'former les abus et A perfectionner l'ordre de la justice dans Ies colonies a 1'effet par le roi, sur le compte qui lui 'en aura 616 rendu, de statuer cc qu'il appartiendra.
Le m6me arrat ordonnc, que les requ6tes en cassation, en contrarit6 ou en revision des jugemens 6mans des conseils superieurs 6tablis dans lesdites colonies, les instances d'6vocation, de rglemens de juges et d'appels des ordonnauces rendues par les gonverneurs et intendans, et de routes autres affaires contentieuses qui concerneront leurs babitans on Ics biens qui y sont situs serout distributes par M. le chancelier, en la manicre accoutumnc, a l'un des maitres des requutes, pris dans le'sein de

tant qn'un recueil semblable serait faith N partir du a5 octobre 1684, jusqu'au 7 octobre 1738 ; to registre dont il est i question, forme done le cowpl~ment dn premier.
Note des iditeurs.

..





62,
Ia commission institute pour, apres la communication aux conseillers-d'tat composant la mme commission, y 4tre fait droit par le roi, eu son conscil des parties ; Et re6gard des appels des ordonnances desdits gouverneurs et intendads qui concerneraient 1e6 dons, concessiois et reunions des terrains dans les, colonies, on autres coutestations qui scralent de nature A etre port~es devant Sa Majest6 en son conseil des dpches ; Ic m~me arrit prescrit, que les affaires de cette nature, serorit 6galement remises 4 Fun des mimes maitres des requites, qui en donuera communication aux m~mes conseillers dtat, en presence des,quels et sur son rapport, le roi statuera, en son conseil des dpeches, ce qn'il appartiendra.
Enregistr6 an conseil du Cap le 8 juillet 1762.
Et A celui dn Port-au-Prince le 14 janvier 1763.
(1762 21 mai.)- Aunir dn conscil d'ktat, qui ordonne qu'en toutes affairs contentieuses, civiles on criminelles, danslesquelles seront int6resses les babitans des colonies les parties ne pourrout se pourvoir. que devaut les juges des lieux qui en doivent ,.onnatre ; leur fait defenses de s'adresser A antres et autrement que dans les forms prescrites pour lesdites affaires, A peine de 2ooo francs d'amende; -t ome aussi que les gouverneurs, commandans et autres officers de 'tat-major, pr~teront mainforte pour l'ex~cution des d6crets sentences, jugemens ou arruts, A la premiere requisition qui leur en sera fate; sais nuanmoins qu'ils puisseut rien entreprendre sur les functions desdits juges ordinaires ni s'entremettre, sous quelque pr6texte que ce puisse 6tre, dans les affaires qui auront t6 portues pardevant lesdits juges on en guin6ral dans toutes matieres contentieuses.
Enregistr6-aux conseils du Cap ct du Port-au-Prince.
(1 -63, 24 mars.) OILDONNANc. du roi, embrassant toutes les parties de l'administration de Ia colonic de Saint-Dolningue.
Cette ordonnance determine Ia composition du gouvernement militaire du government civil, Ia r6sidence des chefs et autres ofliciers employs, Ia suppression des milices la distribution des

..





63
troupes, lNtablissement ;d'h6pitaux, les ports de marine et de commerce, la hierarchie et l'exercice de la religion, pour cc qui concern les habitans et les troupes, ies tribunaux charges de reudre la justice ; institute deuix chambres d'agriculture, en regiant leurs attributions; fixe les pouvoirs particuliers du gouverneur et de l'iutendant la partie de administration qui leur est commune ; et indique la nature des fonctions de tous les autres officers employ6s dans les colonies.
Enregistr6e aux deux conseils.
(17 jnin.)-ONno.AiNcr des administrateurs, portant qn'il sera tenu une assemble des habitans de chaque ville bourg ou paroisse, a l'effet de proc6der A ]a nomination d'un syndic pour l'tendue de la ville, bourg ou paroisse oih i aura k6 31u, avee indication de la nature et des devoirs de cette charge.
(3o juillet.) AIIRi T du conseil X'tat, touchaut la procedure A suivre provisoirement par les habitats des colonies pour. se pourvoir aux corsells du roi.
Enregistr6 an conseil du Cap ,'le io mai 1764.
(24 novembre.)-ARRiT d~finitif du conseil du Cap, qui prononce l'extinction des j6suites et leur expulsion hors de la colonic.
(1764 19 et 26 mars.) AIrt de riglement de l'assemblke des deux conseils, qui tablit des avocats auxdits consels, et les spare des procureurs.
(n7 avril.)- OrnoNNAe,: du roi. qui Tregle l'exereice de la profession de chirurgien dans les colonies frangaises de l'Am6rique.
(1766, janvier.)-1DIr, portaht creation d'un office'de second conseiller et de trois offices de substituts du procurcur-g6n&al, dans chacun Aes deux conseils sup6rieurs de Saint-Domingue, en. confirmant les nominations fates par les gouverneurs ct intendans, de magistrats de cette deuxicme classe.
I Euregistr6 au- deux conseils,

..






64
(Janvier.)- tDIT sur ]a discipline des conseils supcrieurt, Saint-Domingue.
Enregistr6 aux deux conseils.
(ler f6vrier.)-O oNA'NcE du roi, concernant administration g6nralc et particuliere de la colonic de Saint-Domingue qui, en rappelant un grand nombre des dispositions du r6glement de mars 1763, stfr la meme matire trace des reglcs nouvelles pour la distribution de ]a justice et pour les finances.
Enregistr6 aux deux conseils, les 26 juillet et 2o septembre 1766. *
(18 mars.) ORDONNANcE du roi, relative ]a composition la comptence et l'autorit6 des jugemens du tribunal Terrier" .

Cette ordonnanct ien plus compete que li prcd6tnte, touchant ces deux objets importan ddfinit assez exactement les pouvoirs judicaire et administratif; on y remarque que celui-ci est beaucoup plus favoriscd que tautre ; ainsi article 52 accorde an gouverneur-g~ndral, entr&i- et voix delibdrative avec la premiXre place dans les deux conseils saprieurs ; l'intendant en a aussi la prdsidence avec voix ddliberative ; la mnme distinction est rservde an plus ancien officer en grade en l'absence du gouverneur, et an subddldgue general, au ddfaut de l'intendant.
Les gouverneur et intendant out la nomination, satf Papprobation ultricure du roi, des assesseurs substituts des procurcurs-generaux et greffiers aux conseils superieurs; des juges, substituts et greffiers des justices iufdrieures: Le choix dffiuitif des buissiirs, notaires procureurs et avocats appjartient encore an gouverneur eti el'intendant.
Ces deuxofficiers composentle tribunal Terrier, etconnaissent i. ce titre, des clauses de concession reunion an domaine distribution dean pour I'arrosage des terres, des servitudes chemins de la construction et entretien des grands cberins, ponts, aqueducs bacs et passage de rivi~res, de la chasse et de la pche.
Note des Editeurs.
Suivant cette ordonnance, t-ois conseillers du conseil supdrieur dans le ressort duquel se trouvent le gouverneur et rintendant, sont parties da mime tribunal ct y out voix deliberative.
Note des .Edieur.

..






65
Enregistr~e aux deux conseils, les 26 juillet et 2o septembre 1766.
(18 mars.) ORDONNANcE du roi, sur l'enregistrement dans les conseils suprieurs de Saint-Domingue, des lois et ordonnances de Sa Majest6, coucernant la justice et les diffhrens objets d'administration de ladite colonies.
L'article 9 defend aux conscils, d'ins6rer dans les arr~ts d'enregistrement aucune modification, restriction, explication ou autrv clause qui puisse surseoir on emp6cher la pleine et entire execution des lois, ordres et commissions; sauf A eux, s'ils jugent n~cessaire de faire des representatious an roi, sur leur contend, A en faire un-arret6 separ6 de l'arrt d'enregistrement.
MNanmoins, suivant l'article io, il est permis auxdits conseils, dans le cas oti en dlibIrant sur quelque ordre on loi, ils y trouveraient quelques dispositions contraires, soit a la lettre d'autres ordres ou lois d~jA enregistr~s et auxquels i n'aurait pas t6 nomm6ment droge, soit a ]a nature des objets de 16gislation locale, ou dont l'ex6cution causerait n6cessairement on un pr6judice publique, on un dommage irreparable dans l'application particulibre, de surseoir hi l'enregistrement desdits ordres 6u lois, sur d6lib6ration, A la plurality des voix, pourvu cependant, et non autr6ment, que les gouverneurs, lieutenans-generaux et intendans, soient, l'un et I'autre, d'avis de ladite surs6ance; A l'effet de quoi, ces officers assisteront A ces d~librations, desquelles il sera dress proces-verbal contenant les raisins et motifs de la surs~ance :
Enregistrie aux deux conseils, les 26 juillet et 2o septembre 1766.
(( avril.) ORDONNAcE du roi, portant creation pour Vile Saint-Domingue,-d'une 16gion compose de 54 compagnies de oo hommes chacune, non compris les officers. *


Supprimde en 1771-.


NVote des E~diteurs.

..






66
(12 avril. ) ARRET du copscil du Cap, rendu en presence des gouvcrneurs et intendant, accordant un privi'ge exclusif pour Irois ans, d6Vducateur public de la ville du Cap pour les belles-lettres et ]a g~on6tric, avec autorisation de tcuir pension ct cole publique.
(1767, 1er mai.) DMCLARATMN du roi, qui valid les procedures et les arrets 6mants des conseils sup~rieurs dc SaintDomingue, depuis le 1or janvier 1763, quoique des conscillers munis seulement de commissions par les gouverneur et intendlant, y aient pris part, on que les arrtts aient t 6 rendus par un nomobre de juges insuffisant, d'apres les ordonnances et r~gle,mens; et dispose au surplus, que le dMai pour se pourvoir par opposition on requite civile, contre lesdits procedures, ordon,nances et arrets, ne pourra courir que du jour de la publication et enregistrement de ladite declaration.
Enregistrte aux deux conseils, les 21 juillet et 7 octobre.
( 21 juillet. ) ARRET du conseil du Cap, qui, sans 6gard aux offres d'un jiuite stranger non naturalist, notamment de prdter ferment de dtester les inaximnes de son odre lui enjoint de sortir de la colonic sans dtlai, sous les peines intervenes contre ledit ordre.
(21 juillCt.)- ARRET en r~glement du conscil du Port-auPrince, qui porte le nombre des avocats A dix, et prescritdes obligations a ceux qui -veulent tre reus.
(1768, 14 f6vrier. ) LrTTRES-PATVNTES, portant vocation an parlement de Paris,'de routes les affaires g~n~ralement quelconques concernant les jusuites; ct qui un interdisct la conIlaissance A routes les autres course et juges.
Enregistrees an conseil du Cap, le 28 juin.
( 3 mars. ) ARRET du conseil d'Etat, qui commet M. le due de Praslin, ministre d'6tat, pour traiter avec les syndics gtn6raux

..






67
des cr6anciers des j6suites, de 1'acquisition an nom et an profit du roi, des biens A eux appartenans situ6s a Saint-Domingue. *
( 1769, mars. ) EDIT de cassation du conseil sup~rieur du Port-au-Prine, fond6 sur les entreprises continuelles de ses membres, sur 'autorit6 du gouvernement et es exc~s dont le
conscil s'6tait rendu coupable, A occasion de rordonnance du roi, pour le r6tablissement des milices, en date du 1cr avril 1768.**
(Septembre.) EDIT portant composition du conscil sup6rieur du Cap.***
Enregistr6 an conseil du Cap, le 14 mars 1770.
(29 novembre. ) ARRET du conseil du Port-au-Prince, qui fixe Ia valour de chaque nbgre supplici6 A 1200 fr.
(1770, 2i octobre.) ARRET en. rglement du couseil du Cap, touchaut les droits des procureurs et avocats, et les mesures A prendre pour assurer 'ex6cution d'un r6glement pr6c6dent, yortant tarif des salaires et vacations de ces officiers.
(5 novembre. ) ORDONNANcE des administrateurs, portant approbation de ce tarif.
Enregistr6e an conseil du Cap, le 28.

Al. le du de Praslin 6tait autorisd A acquerir aux prix, charges et clauses qu'il aviserait bon ,tre, sans pouvoir ddpasser toutefois un million cent mille livres, argent de la colonie.
Note des Editeurs.
** Le conseil supdrieur tit crdd et 4rigd de nouveau par un dit du mois d'ayril suivant : il fut instaIld le 29 juilIet.
Des lettres-patentes du mois de mars 1773 autorisbrent mime les membres de cc conseil A reprendre les titres et A jouir des prerogatives de la charge qu'ils avaient occupde avant la suppression, en consideration de ce qu'ils s'6taient entiirement justifils des faits qui avaicut motive leu revocation.
NAote des Editeurs.
Un second edit du mlmejour supprime la place de premier consciller et l'office de second conseiller, en nommant unj president dans cette cou supericure.
Note des Editeurs.
5.

..






- 68 -


(1772, 28 septembre.) -0 0D'oNN.NcE du roi, relatiCe la nomination aux charges et places dans les colonies fran~aises, et portant que d6sormais les gouverneurs, licutenans-g~nfraux, commandans g~niraux et particuliers, intendans et autres ofilciers d'administration de la marine, les officiers des conseits supIrieurs, ceux des juridictions et des juges d'amiraut6 seront pourvus de ces charges et places, sur des brevets exp~dis cet effet par le secrktairem-ictat, ayant le dfpartement de la marine et des colo- niies.
Euregistr~e aux conseils du Port-au-Prince et du Cap, les 3o ijuin et 5 juillet 1773
(1775, 22 mai. ORDONNANcr du roi, touchant le gouvernement de la colonic de Saint-Domingue, et ayant pour objet, soit d'expliquer plusieurs dispositions de cell du jer fivrier 1766, soit de tracer des rgles nouvelles, ou plus explicites que cells existantes, notamment quant aux pouvoirs communs on particuliers du gouverneir glndral et de l'in'tendant; de mdme qu'en ce qui touche V'autorit6 des conseils suprieurs.
Enregistr~e aux deux conseils, les,16 aot et 29.2 septembre. ( 23 octobre. ) ODONNANciE des administrateurs de la colonie, sur les affranchissemens des esclaves, gratuits, ou avec taxe.
L'article ixt porte que, tout maitre qui voudra procurer la liberty A son esclave, pr~sentera requte an gouverneur g~nral, qui inscrira au has d'icelle ]a permission d'affranebir et son ordonnance de taxe, ou de dispense de taxe; pour le tout, public en


On lit dans le preambule de cette ordonnance qu'elle n'est que prrovisoire ct pour 4tre exdcutdejusqu'au rdglement ddfinitif que le roi pr4pare dans sa sagesse rtglement qui fixera tous les principes, et embrassera routes les branches du gouvernement civil des Iles sousle vent.
Note des Rditeurs.

..





69
la forme accoutum6e, et rapport avec le certificat de publication et de non opposition, on de jugement de main-levee, ensemble la quittance du receveur institu6 pour toucher le product des taxes de liberty, comme encore l'acte d'affrauchissement, 6tre !ledit acte homologu6, A peine de nullit6, et cnrcgistr6 sons ]a meme peine, tant au greffe de ]a juridiction dil domicile du maitre, qu'au greffe de l'intendance.
Suivant 'article I o, les libert6s seront accordes gratuitement par le gouverneur g~nral, pour services rendus A la colonic on aux maitres, lorsqu'il lui en aura t6 suffisamment justify.
Aux termes des articles I I et 1 2, les maitres pourront procurer la liberty gratuite A leurs esclaves, en les faisant recevoir et servir en qualit6 de tambours, soit dans les regimens du Portau-Prince on du Cap, ou dans les compagnies d'artillerie, pendant huit ans, apres lesquels l'esclave, s'il a servi avec
fid~lit6 et exactitude, obtiendra son cong6; soit en les faisant agr6er par le commandant pour le roi du d~partement, pour servir Ztla suite des compagnies des gens libres, pendant 'espace dedix annees cons6cutives; l'esclave qui aura servi avec zete ct fid6lit6, bien babill6 et bien arm6, et qui, surtout, aura 66, durant ce laps de temps, utile au quartier, dans les classes ou prises de negres marrons, obtiendra son affranchissement gratuit, etc.
Enregistr~e aux deux conseils, les 25 octobre et 7 november.
( 4 d6cembre. ) L&GLEM NT des administrateurs, portant tarif des droits curiaux, droits de fabrique, et frais de justice.
Enregistr6 aux deux conseils, les 7 et 19 d~cembre. *
C 1776, juin. ) EDIT portaut 6tablissement a Versailles, d'un d~pat, sous le norn de Degpvt des chartres des colonies, des expeditions ligales et authentiques, taut des registres de l'6tat

Ce rdglement avait &td concertd avee les conseils supdrLeurs de la co-7 Ionic, et based sur leurs m'5moires et observations.
Note des Editeurs.

..





70
civil, que de tons actes judiciaires et extra-judiciaires, concernant les personnes et les proprietes, pour le pass ; et pour 1'avenir, des duplicata des actes qui auront lieu apres l'enregistrement de l'dit, lesquels expeditions et duplicata suppl6eront les originaux laiss6s sur les lieux, en cas de perte ou d'autres accident, an moyen dA copies qui en seront envoy6es dans les colonies of it en sera besoin.
Enregistr6 aux deux conseils sup6rieurs, les 27 et 28 noyembre. ,
(d6cembre.) IT portant kablissement d'une s6nichausse a' Jergmie ile Saint-Domingue.
t nT portant creation d'n siege d'amiraut6 ait 7neme lieu.
Enregistrts an conseil du Port-au-Prince les x3 mars et I4 avril 1777(1777, 31 janvier.)-A-nniT dii conseil d'tat, qui, en cassant un arr6t6 contraire du conseil sup6rieur du Cap, decide que les offices de substituts pourront 6tre exerc~s dans les juridictions, par de simples postulans et daus les conseils sup6rieurs par des avocats postulans ; que ceux-ci sont admissibles aux offices de conseillers dans lesdits couseils et pourront en 6tre pourvus de plano par le roi.
Enregistri6 an conseil du Cap, le 8 juillet.
(9 ant.)- D.CLARATION du roi concernant la police des noirs, et portant defenses aux reguieoles, mme aux strangers,

Cette mesure du roi fut fondde sur cc que Its papiers publics des colonies francaises, avaient dtd de tout temps exposds, par Peffet du climat, Splusieurs causes de destruction ; de telle sorte que les actes d'uue gdndration se conservaient i peine, sans dire altdrds, pour la gdndration suivante et'que 'Vtat civil, cornie les propridtds dessujets du roi, habitant ces colonies, se trouvaient compreonis; qu'enfiu l'inutilitd des moyens essay ds jusqu'alors sur les lieux pour conserver ces papiers si intdressans, ne laissait d'autre resource que dans idiablissement d'un ddp6t en France."
Note des Editeurs.

..





71
d'amener en France aucun noir, mulatre on autres gens de couleur, de Pun ou de l'autre sexe et de les y retenir A Jour service, A peine de 3o,ooo francs d'amende, mrme de plus grande, s'il y Ahoit ; et d6fensos, sous les m~mes peines, A ces derniers qui ne seraient point en service, d'entror dans le royaume, sous quelque prtexte que ce soit.
Les articles 4 et 5 de le'dit, permettent n6anmoinsa tout habitant des colonies, qui voudra passer en France, d'embarquer aieclui nn seul noir ou mulAtre, de l'un ou de 'autre sexe pour le servir pendant ]a traverse, A 'a charge de consigner avant l'embarquement, looo livres argent de France entree les mains du tr6sorier de la colonies, d'obtenir ensuite la permission du gouverneur general et de remettre l'esclave A son arrive dans le port, an d6p6t qui sera A co destin6 ou il demeurora jusqu'A cc qu'il puisse etre rembarqu Les frais de garde desdits noirs dans le d6p6t, et ceux de leur retour dars les colonies, sont supports par le maitre et pr~lev6s sur sa consignation de ooo liv. (art. 8 ).
L'6dit (article x2) dispose que pendant leur s~jour en France tel qu'il est pr6vu par 'article 4, et jusqu'A lour retour dans les colonies les noirs, mulatres on antres gens de couleur demeureront en l'6tat on )is 6taient lors de leur depart*, sans qu'il puisse 6ire changA par leurs maitres ou autrement.
(1778, 23 f~vrier.) OmnoNNANcr du roi, portent defenses aux capitaines de navires qui auront A leur bord des noirs mulitres on autres gens de couleur, amen6s en France en verta de l'article 4 de'Ndit d'aott 1778, de les laisser dbarquer avant d'avoir fait leur rapport aux greffes des amirauts et. que les officers desdits siiges, ne se soient transports A bord des navires etc., a peino de 5oo livrs d'am'ende, ct d'tre interdits pendant trois mois de leurs fonctions.

Idest, dans la condition d'esclaves,
% yote des Edite s.

..





72
(5 avril.)-AiiRET dv conseil d'6tat, portant defenses a tons suiets blancs du roi, de 1'un et de 'autre sexe, de contracter maiiage avec les noirs, mulhtres on autres gens de couleur, jusq'A cc qu'il ait 6t pourvu, par telle loi qu'il appartiendra, sur 1'6tat de ces derniers qui 6taient en France avant la d~claration dn 9 ao~it 1777 ; et aux notaires de passer aucuns contrats de marriage entr'eux.
(1779,3 fvrier.)- RoGLMNENT provisoire des administrate's de la colonic, pour riprimer le luxe des gens de couleur, par lequel it est dfendu A ceux-ci, d'affecter dans leurs vetemens, liabillemens on parures une assimilation rfprhensible avec ]a mani~re de se mettre des blancs de l'un et de l'autre sexe, comme aussi d'avoir, dans-leur exthrieur, aucun objet de luxe incompatible ave la simplicity de leur condition et origine, sous les peines y spcifsees.
Enregistr6 aux deux conseils sup~rienrs, les io fivrier et 9 mars.
( Mars.) -IoDTs portant tablissement d'une s'n'chauss e aux Cayes, et d'un siege d'amiraut6 en la meme ville. *
(1781, 3o mars.)-DcrAnATioN du roi, prohibant les jeux de hasard sous des pines d6termines, et prononant la nullit6 de tons contrats, obligations, promesses, billets, ventes, cessions, transports et tons autres actes, de queque nature qu'ils puissent tre, ayant pour cause une dette de jeu, soit qu'ils aient W faits par des majeurs on des miners.
Enrcgisir~e aux deux conseils, les 6 et 15 octobre.
(8 avril.) DLCLARATIox du roi qui abolit 'usage de la questo4n preparatoire.
Enregistre aux deux conseils, les 6 et 15 octobre.
(13 octobre.)- ARRiT du conseil d'tat, qui casse celui da

Ces deux sieges furent installts le 9 ddcembre suivant.
Note des .Bditeurs.

..






73
conseil du Cap, du 27 juin precedent, relatif a la mar6chauss~e, et fait defenses 1 ce conseil, de d~lib~rer desormais en corps sur aucune affaire concernant l'ordre public sans en avoir pr~alablement preveuu les gouverneur lieutenant g~nral et intendant, on leurs repr~sentans en les invitant d'assister a la seance, etc.
Enregistr6 an couseil du Cap le z8 avril 1782.
( 4 novembre.)- OnDoaNNAxc du roi, portant r~glement sur les missions dans les colonies franaises de l'Amrique.
L'article io" porte que le pr~fet apostolique, sous l'autorit6 et discipline duquel sont les missionnaires, en vertu des pouvoirs dont il sera rev~tu par le Saint-Sicge, ne pourra rempliraucune de ses fonctions qu'apr~s l'enregistrement de la bulle on bref de sa nomination et de ses pouvoirs en vertu des lettres d'attache du roi en celui des conseils supricurs dans le ressort duquel sa mission sera 6tablie.
Les gouverneur lieutenant gn-ral et intendant, dit l'article ., auront inspection et autorite sur la conduite personnelle des missionnaires et sur celle de leur sup~rieur, tant comme sup6rieur, que comme pr~fet apostolique, non-seulement relativement a leurs moeurs, mais encore par rapport aux n6gligences on abus d'autorit6 qu'ils pourraient.se permettre, dans les actes appartenant an for ext6ricur, etc.
Enregistr~e aux deux conscils, les 18 avril et ii rrai 1782.
(241 novemre.)- iDir qui confere aux conseils sup6rieurs des colonies franc ai es, le pouvoir de nommer, avec le contours des gouverneurs et intendans, des curateurs a vie aux successions vacantes, dans leurs ressorts ; determine les obligations de ces curateurs, comme celles des excuteurs testamentaires et des l6gataires, en tra ant aux uns et aux autres, des regles pr~cises et completes stir administration des successions.
Enregistr6 aux deux conseils, les i8 avril et 11 mai 1782.


Cet dit se compose en offet, de 68 articles.


Note des Edrteurs.

..





74
(24 novembre.)- OUDONNANCE du roi, ayant pour objet de corriger les abus commis dans la gestion des biens temporels des 6glises dans les colonies et qui d6finit les devoirs des inarguilliers charg6s de cette administration.
Enregistre aux deux conseils.
(24 novembre.)- 1IT duroi,quisupprime les corvyes pr& demment institutes pour l'entretien des chemins publics dans les colonies, ordonne qu'A l'avenir, ceS' travaux seront r~partis par taches entre les paroisses, et de suite entre les habitations qui les composent, eu gard an noiibre respectif des negres dc tout age et de tout sexes dans les paroisses ; autorise les contribuables de chaque ville et bourg principal, 1 se r~unir en assembl~e de paroisse pour d~terminier eux-mmes 'a la plurality des voix la maniere d'ex6cuter les travaux a leur charge, soit par corv~c commune, soit par adjudication au rabais; maintient cependant les corv~es pour la construction des nouveaux chemins publics qui seront jugs n~ccssaires, en laissant aux habitans la facut de prendre, si bon leur semble, la voice dc l'adjudication an rabais.
L' dit comprend tous les chemins, sous la d~uomination de grands chec.ins cheinins de communz ication. et chzemins particuliers ; indique ceux qui doivent 6tre ranges dans l'une on l'autre classe d6termine leur largeur de mdme que les droits et obligations des particuliers relativement A ces chemins.
Enregistr6 aux deux conseils, le 18 avril 1782.
(1782, 25 janvier.) ARRET de rtglement du conseil duCap, qui annulle une ddlibiration de ]a paroisse de la Marmelade, portant que le cur6 serait mis A la portion congrue ; fait defenses d'en prendre de semblables, et condamne le marguillier es-nom, A payer Ia pension du curd, A raison de 4ooo livres par an.
(15 d~cembre. ) On1oo0.mAaNcE des administrateurs, qui, consid~rant que le bien public exige qu'il y ait un notaire g~nral dans chacune des trois parties de la colonic, le nord, l'ouest et le

..





-75
sud, porte qu'un troisi'me notaire g6n6ral sera tabli pour exercer ses fonctions dans toute 1'tendue de la partie du sud, A i'effet de quoi, celles du notaire g6n~ral nomm6 pour tout le ressort du conseil sup6ricur du Port-au-Prince, demeureront restreintes A la d~pcndance de ]a partie de ousts.
Enregistr6e au conscil du Port-au-Prince.
(1784, 7 juin. AInET du conseil du Cap, qui juge que le
maitre, civilement garant de son esclave, s'acquitte A cet 6gard, en payant 120o liv., valour do remboursement d'un esclave supplici6, on en faisant l'abandon dudit esclave A celui qui a souffertle dommage, conform~ment A 1'art. 37 de l'6dit de mars 1685.
(3 d~cembre. ) t- OS1DON- -c:E du roi, concernant ]a gestion des habitations sites aux miles sous le vent. Cette ordonnance est diviske en six titres : le premier relatif aux devoirs des procureurs et conomes ghans des habitations; le second touchant la nourriture, l'habillement et le chatiment des ntgres esclaves; le troisibme re'gle les ventes et envois de denr~es; le quatrime s'applique A']a r~voeation des economes gerans, ct A l'apurement de Icurs comptes; le cinqui(qnc determine les d~lits dont ces g6rans pourront se rendre coupables dans leur gestion, soit an prejudice des propri6taires, soit vis-a-vis des esclaves, et les peines qu'ils encourront; Ic sixicme traite de la police courante des habitations.
Le titre 6 es! celui qui offre le plus d'int6rdt : ses dispositions ont pour objet d'am6liorer sensiblement le sort des esclaves. Ainsi l'article 1er defend A tons propri6taires, procureurs et economes g6rans, de faire travailler les n'grcs les dinanches et ftes, nori plus que dans les autres ours de lasemaine, depuis midi jusqu'h deux heures, on le inatin avantle ijour, oule soir t sa chute, si cc n'est pour les temps de roulaisons seulement dans les sucreries et autres manufactures, pour les cas extraordinaires, Sans quc leur travail puisse alors 6tre prolong6 au-dela' de huit

..





76
heures du soir, a peine par les:dlinquans d'6tre co'ndamn6s suiA vant 1'exigence des cas, A la diligence du procureur dn roi.
L'article 2 porte, qu'il sera distribu6 A chaque n~gre et n -t gresse, une petite portion de terre de l'habitation, pour &tre patv eux cultiuce & leur profit, ainsi que bon leur semblera.
Les articles 3 et 4 prescrivent aux proprietaires, on A leurs &onomes, des rcgles qui out pour objet d'assurer en tout temps la-subsistance des esclaves; ils doivent, entrc autres choses, fournir des 6tats annuels de leurs r~coltes an gouverneur g6nral, qui v6rifiera, on fera vrifier 1'exactitude des recensemens. L'artile 5 s'occupe du vtement des esclaves, et le suivant, des soins qui leur sont dhs en tat de maladie.
Par 'article 7, il est d6fendu de faire travailler les n6gresses. enceintes, on qui nourrissent, si ce nest mod6rhment, apres le lever du soleil, et jusqu'a' onze heures seulement. Elles ne doivent etre remises an travail qua' trois heures apres midi, pour le quitter une demi-heure avant le soleil couchant, sans pouvoir 6tre assujetties A faire des veillkes, sons quclque prhtexte que ce soit.
Toute femme esclave, mte de six enfans, dispose l'article 8, sera exempte, la premiere annte, d'un jour de travail au jardin par semaine, de deux jours la seconde ane de trois jours la troisicme, et ainsi de suite, jusqu'A ce qu'elle soit dispense de tout travail audit jardin. Cette exemption lui sera acquise, en repr~sentant ses six enfans A chaque premier jour de l'an; elle ne la perdra qu'autant qu'un de ses enfans, jusqu' 'Age de dix ans, aurait pri fate de soins de sa part.
Enfin, l'article 9 defend sons les peines determin6es an titre 5, qui sontl'amende -, l'incapacit6 de poss6der des esclaves, l'expulsion de la colonie, l'infamie et lamort, aux proprihaires, prow cureursettconomes gtrans, de traiterinhumainement leurs esclaves en leur faisant donner plus de cinquante coups de fouet, en. les

..






77
frappant a coups de baton, en les mutilant, ou enfin en les faisant p6rir de diff~rens genres de mort.
Enregistr6e au canscil du Port-au-Prince, le 6 avril 1785; et a celui duCap, le ij mat 1786.
( i785, 16 f~vrier,) ACTE de noforiWt du parquet da constil sup~rieur du Cap, portani que l'usage g-n~ral adopt dans les liquidations amiables ou en justice, est d'adjuger au propritaire dn mobilier les deux tiers des revenus, et l'autre tiers au propri6taire de l'immeable, et que cette jurisprudence est fonde sur ce que le mobilier', presque toujours plus considerable que ]a valeur de l'immenble, et compose de n(gres, animaux et ustensiles, est p6rissable, et p~rit pour le compte de celui A qui iI appartient, tandis que le fonds reste toujours, de sorte que l'on dddommage le propri~taire du mobilier, da dperissement journalier de ses capitaux, par une double portion de ces revenus.
,(24 aoait.) ACT: de notoriWt du Chatelet de Paris, portant que les esclaves ngres des colonies, sont r~put&s meubles; que leur destination n'autorise point A les regarder comme immobilise's ; que 1'exploitation A laquelle ils sont employs, est ellememe de nature mobiliere, et par consequent ne peut pas servir de principe A une fiction pour les faire regarder comme immeubles ; qu'etant de nature mobilibre, ils suivent lapersonne comme les autres meubles, etc.
(23 d6cembre.)- OBDONATNcE du roi concernant les procureurs et 6conomes gfrans des habitations situ6es aux ies sous le vent, et administration de ces habitations.
Cette ordonnance, en rappelant la plupart des dispositions de

I1 appartenait au roi tminemment vertueux et bon qui avait aboli la torture, de prescrire l'observation des lois de l'hiumanitd, envers une classe d'hommes que la condition d'esclaes rendait det> si inalheureux.
Note des .Editeurs.

..






78
celle du 3 ddceznbre 178zk, en ajoute de nouvelles, et forme ainsi sur cette matiere tin code beaucoup plus complete.
Enregistr6e aux deux conseils, les 2 et 26 Mai 1786.
(1789 A i8oi.) *Le regime des colonies a prouv6 depuis 1789 beaucoup de ciangemens et de variations.
La loi du 8 mars I79o avait ordonn6 en les dclarant parties intgrantes de l'empire frangais, qu'clles 6metfraient leur vcen sur leur constitution et leur l6gislatiou.
Celle du 15 jtin 1791 avait r~glA, dans le plus grand dtail, leur organisation, leur administration, leur gouvernement leurs tribunaux, leurs forces publiques, leur clerg6 et leurs biens eccl6siastiques.
L'acte constitutionnel du 3 septembre 1791 avait, en cons6quence, d6clar6 que cc les colonies et possessions francaises dans c l'Asie l'Afrique ct I'Am6rique, quoiqu'elles fassent parties de cc leinpire franais ne sont pas comprises dans la presente conc stitution. )
Mais leur 6tat constitutionnel avait t dterminA par une loi du 24 du meme mois, qui, sur certaines matieres, donnait Aleurs assembl6es coloniales initiative n~cessaire des lois A proposer an corps lgislatif de France.
La constitution du 3 fructidor an v, introduisit, a cet 6gard, un autre ordre de choses. Elle d6clara, art. 6, que les colonies seraient soumises A la ,neme loi constitutionnelle que le territoire europien de ]a France.
La loi du 12 nivose an vi regle d'aprbs cette base, 'organisation politique, administrative et judiciaire des colonies.
Mais ces dispositions ont 6t6 abrog6es par r'article 91 de la

Nous empruntons an savant M. Merlin, oe tableau de la legislation de Saint-Domingue et des autres colonies, at partir de 1789, parce qu'il et aussi vrai que clair et prcis.
Note des Aditeurs.

..






79
constitution diu 22 frimaire an vmi, qui porte :e Le regime des colonies fransaises, est dterninA par des lois particulires. r
C'est d'apres cette reserve qu'il a t6 cr66 dauns chaque colonies, un ca~itaine gnfral un prfct colonial et un commissaire de justice ou grand-juge .Les lois et les r~glemens qui south obligatoires en France, le sont 6galement dans les colonies.*

On salt qe ds 1789 la colonic de Saint-Domingue n'obeissait plus la mdtropole, en sorte qu'il est vrai de dire que les actes 1gislatifs emans des diff6rens gouvernemens de la France depuis cette epoque jusqu'en 8oi, oii les habitans d'Haiti se sont do nn une constitution en se sparant dtIfinitivement de la mre-patrie n'ont point requ d'exdcution dans ce pays.
Note des Eliteurs.

..


..






















DISCUSSION

DlU PROJECT DE LOI,

TOUCHA1NT LA VrARTITION DR L'INDE VNIT]k DE 250 MILLIONS kU.*
A2JCIE2NS COLONS DE SAINT-DOMINGUre

..





a

..




- 83 -


CHAMIbRE
DEPUTES


EXPOSE DES MOTIFS.
M. le ministre
des
Finances.



MESSIEURS,


Le sort de Saint-Domingue a 6td fix par l'ordonnance royale du 17 avril dernier. Cette ordonnance stipule des avantages cornmerciaux pour ]a France, et le pavement de i5o millions d'indernnitW aux ancieus colons; en mrnme temps, elle concede aux habitans actuels dle cette l e, Findipendance de leur gouvernement.
Le roi a us du droit qui lui appartient de faire les traits et ordonnances nDcessaires A la sfiretd de l'1bat. L'acte souverain du 17 avril a i6 la France 5 Fegard des habitans de Saint-Domingue, come c'ie a oblig6 ceux-ci h 'execution des conditions qui sont le prix de la concession qui leur est raite.
Si l'on pouvait contester l'inviolabilit6 de semblables emgagemens contracts par le Gouvernernent du roi, il n'y aurait plus de traitd possible, et la France resterait dans l'impossibilit4 de garantir ses interests les plus chers, par les moyens qu'ont A leur disposition tolsles aulres lNtats. Mais A c6t de cette inviolabilit des engagemens

..





84
du souverain, se trouve place la responsabilitd ministerielle, pour garantir que les int6rts du pays ne seront jamais sacriflhs dans de pareilles transactions.
Nous avons contresign4 l'ordonnance du 17 avril qui nous a parn commander par L'intdret du pays, et nous vous devons compte de nos motifs. C'est par I& que doit commencer l'exposd que nous avons a vous faire des dispositions de la loi que S. M. nous a charges do voiis pr'genter, pour r6gler la repartition centre les colons do Pindemnite qui leur est reserve.
Lorsque, par le traits du 3o mai 1814, fat stipule'e la restitution de plusieurs de nos colonies, de la part des puissances qui les possddaient alors, rien de semblable ne put avoir lieu pour la partie f'rangaise de Ile de SaintDomingue, qui n'tait au pouvoir d'aucune de ces puissances; mais elles reconnurent an roi de France, le droit. de ramener sous son ohbissance la population de cette coIonie rnme par la voie des armes, et I'engagement fut pris par clles de n'y point mettre obstacle, sous la reserve ndanmoins que leurs sujets pourraient continuer A faire le commerce dans les ports de 'ile, qui no seraient ni occup~s ni attaqu~s par les troupes frangaises.
Telles firent les conditions, tant patents que secretes, miss i cette 4poque au rdtablissement des droits de a France sur Saint-Domingue. L'abolition de la traite, ajourne d'ahord A cinq ans, et effectue ensuite ds B 315, vint modifier encore notre situation nouvelle A N'dgard de cette ancienne colonie.
LeGouvernement, avant d'employerla force, dut essayer tous les moyens possibles de ramener i l'obissance les habitaus' do l'ile. Les diverses tentatives qui furent faites

..





85
ri'aboutirenl &i rien pendant long-temps. Eu 1824, ellesse terminrent par l'envoi de commissaires charges de faire l'offre d'avantages commerciaux et d'une indemvit pour les colons en change de la concession de l'independanco de leur Gouvernement. Cot arrangement 6tait non-seulement le soul qui nous fft offert, mais encore le seul dont l'execution fAt possible, et le Gouvernement eut at se dcider enfin soit A\ en adopter les bases soit A entrepren(Ire la conqufte. Ii n'tait plus possible de diffgrer la ddtermination. Quelques mois de plus ajoults aux dix annu'es qui s'&taient 6coules, sans que la France fit valoirses droits sur Saint-Domingue, et'la voie des arms devenait indispensable pour garantir l'honneur dt. pays. Le succs n'6tait pas douteux 5 mais il n6cessitait des sacrifices d'hommes et d'argent sans compensation aucune : depuis 1'abolition de la traile, ]a restauration de la colonie de Saint-Domingue 6tait devenue impraticable. L'intert do l'humanite celui du commerce fran~ais celui des anciens colons, celui des habitaris actuels de I'ile, tout s'accordait pour faire prOfrer t la voie des armes cell d'une transaction. Elle a eu lieu dans la formeet dans les termes publis aussit t aprs sa conclusion. Vous reconnaltrez sanls doute, Messieurs, comme l'a reconnu la France entire, lorsqu'elle a vu l'acte du 17 avril, que, dans la situation donnde, il 6tait impossible de mieux concilier la dignity de [a couronne avec les autres intkrts du pays.
Dira-t-on que l'on e-'t pu exiger des avantages commerciaux superieurs A ceux qui ont t stipules? Nous ne pensons pas quo personne puisse 6lever une pareille pretention; et quant an montant de l'indemnitd, voici les

..






86
bases d'apr~s lesquelles il nuns semlble juste de l'apprdcicr.
En 1789, Saint-Domingue fournissait annuellenaent environ i5o millions de produits. En 1823 ele avait fourni aux exportations en France pour. 8,5oo~ooo rr.
A celles eti Angleterre, pou. 8,4oo,ooo
A celles aux Etats-Unis, pour. . i5, ioo,ooo fr.


Elleavait done produit environ. 5,ooo,ooo
La moitid do cc produit a dtfi ctre absorbl par les f'ais de culture et aulres charges de la iropri t1: reste donc, pour la part des propridtaires du sol, un revenue net de. 1.5ooo,ooo

La valeu' des biens-fonds dans les colonies se calcule sur dix annces du revenf : 15o millions nous out donc aru la some qui ponvait Ire exigee, comme le inontanL de I'indemrnit due aux inciens colons auxquels la concession de l'inddpendance du gouvernemen t d'Haiti enlevait la chance de recouvrer leurs propridlts par suite du rlablissement possible de l'antorite du roi i Saint-Doiniogne. Si nous avions conserve quelques routes sur I'exactitude de ces apprdcialious, ils eussent eto lev(s depuis que nous avons entendu les colons, appeals par le roi A prepare' les moyens de rtpartition que ou vellons vous soomeltre, declare' que le montant de l'indernnite qu'iis vont recevoir suflirail pour payer leuis ancienoes liailations au prix qu'elles valet. aujonrd'hui.
.Mais si P'cte don't je vien. d'exposer devaut vous les motifs, appartenait exctusivemnent an pouvoir royal et ne pouvait c'tre ni piopare Dni consenti par des disposi-

..


Full Text
xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID ED4ZL3EUU_D1X2M9 INGEST_TIME 2011-07-19T14:10:35Z PACKAGE AA00001126_00001
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES